Si vous ne visualisez que la page d'accueil sans la barre de menu en haut de page, cliquez ici

Electrosensible ... et electrohypersensibilité (EHS)
à savoir l'impact des champs elecromagnétiques (CEM) sur les êtres vivants, les humains en particulier.
mise à jour réalisées depuis le 15/11/2015...

Convertisseur Hautes Fréquences

mV/m
μW/m2


Dernières mises à jour
(pour les habitués)

  17/06/2018 :  Maladies et Ondes électromagnétiques  
En l'absence de savoir académique sur l'électrohypersensibilité, certains médecins avancent de manière pragmatique
Dans cette video, le Docteur Milbert donne un aperçu de l'état des connaissances médicales récentes.

   17/06/2018 : LINKY et électrohypersensibilité  
Suite à la pose du compteur, 2 femmes témoignent (vidéo)
difficultés a suivre ses études en Master : Témoignage de Joséphine
obligée de déménager : Témoignage de Sonia
   17/06/2018 : LINKY : Envoyé Spécial   
revisionnez l'enquête d'Envoyé Spécial du 14/06/2018 sur France 2
   17/06/2018 : LINKY : une installation risquée ? 
2 témoignages sur les dégats causés aux logements
pannes à répétition suite à la pose du compteur
incendie suite à la pose du compteur
  15/05/2018 :  LINKY : mémento - FAQ  ?  
Un mémo sur Linky, sous forme de FAQ.
A la lumière des informations sourcées de ce memento, faites vous votre propre idée !
(Pour une meilleure utilisation, téléchargez le pdf sur votre bureau et accédez en cliquant sur les liens que contient ce memento)

  19/05/2018 :  L'electrosensibilité : un canular ? 
Prendre les EHS pour des malades imaginaires est assez normal.
Nous avons tous besoins de nous rassurer... explications !

  29/04/2018 :  A quel niveau d'ondes* êtes-vous exposés ?
Des mesures peuvent être faites chez vous gratuitement, en passant par une association agréée.
La procédure pour les demander est  ICI.
(*) Champs électromagnétiques Hautes fréquences
(téléphone sans fil DECT, antennes relais et téléphonie mobile, compteurs, Bluetooth, WiFi, Wimax...)

  01/04/2018 : Electrohypersensibilité : une évolution en 4 étapes 
electrosensibles, électrohypersensibles, EHS de l'extrême...
 01/04/2018 :   Sortie le 27/03/2018 du rapport de l'ANSES 
La souffrance des EHS reconnue !
  04/03/2018 :   Électrosensibilité et dentition : l’aggravation liée aux métaux   
  18/02/2018 :   Combien d EHS en France ?  
 
  28/02/2018 :   Les éoliennes et les EHS   
  10/12/2017 :   Grand Jury RTL - J.M. Blanquer  : "Les portables seront interdits à l'école et au collège à la rentrée 2018"   
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, a annoncé que les appareils "seront interdits à l'école et au collège dès la rentrée 2018".
Retouvez l'information dans cette vidéo à partir de la minute 47'50.
  08/12/2017 : ELECTROSENSIBLE - Le KIT nomana    
Télécharger les 8 pdf thématiques au format zip (EHS pour les nuls, prospectus, kit de survie, appareillage...)
 - Kit thématique minimal pour comprendre et agir -
Compléments à "Baldaquin, un oasis pour electrohypersensible"   
Pour être protégé des champs haute et basse fréquence, electriques et magnétiques
Electrohypersensible : un prospectus pour sensibiliser vos proches et moins proches !   
  25/11/2017 :  Choisir un appareil de mesure   
Un mesureur : pour quoi faire ?  contenu direct ici
  30/10/2017 : Etre connecté peut nuire gravement à la santé  
Un reportage suisse très complet sur les ondes et leurs impacts
  30/10/2017 : Le calvaire d’Emma Hagard, électrohypersensible en sursis   
Le photoreporter suisse Jean Revillard accompagne une malade des ondes éléctromagnétiques dans sa «zone blanche».
  16/12/2016 puis 11/10/2017 : mise à jour de l'AVIS de l'ANSES sur le LINKY   
  21/09/2017 : Un article de Bio contact sur l'impact des ondes sur le cerveau   
Description de 4 phases de réponse du système neuro-endocrino-immunitaire : phases d'alarme, de résistance, de rupture, d'épuisement.
17/09/2017 : EHS ou non - contrôlez votre exposition !  
 01/07/2017 :  Les effets des Champs Electromagnétiques basses fréquences sur la Santé   (et résumé au format pdf)
  27/05/2017 : Les jouets... des émetteurs insoupçonnés !
 30/04/2017 : LE BALDAQUIN : UN OASIS POUR ELECTRO HYPER SENSIBLE (EHS)
(objectivé le 09/05/2017 par un electroencephaloscan normal)
30/04/2017 : et après 1 an 1/2 ... quoi de neuf ?

17/04/2017 : les faisceaux hertziens    18/03/2017 : témoignages, symptômes, prédispositions 
12/03/2017 : décontaminez rapidement une maison : la vôtre, celle de vos hôtes (famille, amis)
18/02/2017 : 2 appareils ! 2 mesures différentes : pourquoi ?  16/12/2016 : spécial Nouvel AVIS de l'ANSES sur le LINKY
 
29/11/2016 : Kit de survie !   23/11/2016 : Calculateur !  27/11/2016 : Equipotentielle de terre et Systeme D "baldaquin" !

1- spécial mise à la terre : déchargez-vous !  et Lampes à la terre ! ,  et aussi : 2-special LED,  

 14/09/2016 (Système D "semi-baldaquin" et video perso "lampe basse conso")
12/07/2016  (voir ICI nouveauté lié à la sortie du rapport de l'ANSES ce vendredi 8 juillet 2016).
En page 8, nous pouvons lire : "Les données disponibles permettent de conclure à un effet possible des radiofréquences sur les fonctions cognitives de l’enfant. "




L' Electro Hyper Sensibilité (EHS) en résumé
(l'essentiel si vous n'avez pas le temps de prendre connaissance du contenu de cette page)

Je suis l'époux d'une électrohypersensible qui travaille dans l'univers de la santé. Ensemble, nous avons avancé pour construire une page qui puisse aider.
Aider les électrosensibles à s'en sortir, et aider l'entourage à comprendre... l'un et l'autre allant souvent de pair !

Je remercie vivement les avis et témoignages des nombreuses personnes qui me permettent chaque jour d'améliorer cette page pour qu'elle soit plus utile encore.



Vous découvrez le sujet ou cherchez à l'expliquer aux autres, en 2 pages : l'electrosensibilité pour les nuls

(le résumé du résumé)

Vous êtes confrontés à l'incompréhension de votre entourage :
le texte de 2 pages"L’électrosensible n'est pas un interrupteur !" complète le précédent



Vous souhaitez en savoir vraiment plus, et vous disposez de 15 min à 1 h30 et plus... regardez les videos suivantes :
Peu de temps !
Découvrez le sujet en 15 min...

Une courte video pour rentrer dans le sujet...


***
 
Un petit peu plus de temps (22 min) !
Video sur les enjeux (ARTE) :
zone blanche, principe de précaution, législation européenne, lobbyes, pressions, conflits d'intérêts

***
 
Du temps pour approfondir les enjeux : un documentaire de 1h30
Ondes science et Manigances
intérêts de l’industrie ou santé publique ?



Vous disposez de 3/4 h ...  
"Faut-il avoir peur des ondes ? "
(une vidéo de Public Senat)

Ce débat fait suite au documentaire
" Cherche zone blanche désespérement"

Visionnez le film ou commandez le dvd du documentaire ici
Poignant et tragique, émouvant et dramatique,
bouleversant et grave : 1h pour tout comprendre et ressentir


Vous êtes électohypersensible et dans une situation de detresse et d'urgence absolue
Vous êtes très mal et n'avez personne pour vous aider efficacement 
:
 voilà en 1 page les actions d'urgence à mener !
Pour pas cher, vous avez besoin de retrouver un peu de calme pour repartir du bon pied

Vous invitez un EHS, vous êtes EHS et êtes invités chez famille ou amis...
Bref ! vous avez à décontaminer d'urgence  une maison ou un appartement !
voilà en 1 page les actions de décontamination à mener !

   Vous souhaitez comprendre en profondeur, de manière rationnelle, et être calé sur le sujet :  lisez cette thèse !


  Vous êtes touché vous même , ou l'un de vos proches est concerné, il souffre et vous souhaitez l'aider  :

D'abord 5 conseils simples - dans l'ordre - pour diminuer les risques de devenir - ou de rester - EHS !
1) Téléphone domestique sans fils (DECT) : banissez cette horreur et passez en filaire !
2) Antennes relais proches : identifiez-les, protéger vous avec des écrans adaptés !
3) Téléphone GSM, Smartphones :  évitez l'usage en mobilité, et téléphonez avec oreillettes ou haut-parleurs

4) WiFi : coupez le la nuit (ou mieux, passez en filaire)
5) Ampoules fluo-compactes, LED ou halogènes... et néons : loin du lit et de la table de nuit !
Pour les EHS : relier les parties metalliques ou appliques à la terre avec le contacteur terre prévu ou une pince croco (pensez
à ce qui est arrivé à
Claude François  !)
Un 6ème conseil si cela ne va pas mieux, à cause du champ électrique véhiculé dans les plinthes et les matériels en veille/éteints :
6) Couper au tableau électrique principal l'electricité et l'éclairage de votre chambre à coucher durant la nuit ! 

Ensuite, il vous reste à explorer en détail l'ensemble de cette page et les liens associés.
En effet, EHS (ou vivant avec un EHS), vous devrez apprendre à :
1) observer votre environnement et vous observer vous-même, apprendre à conscientiser vos perturbations et les dire
2) identifier dans votre environnement tous les pièges et les sources qui vous perturbent
3) vous protéger et adapter votre mode de vie (vétement, éclairage, cuisine...)
4) vous équiper d'instruments de mesure pour quantifier et objectiver les perturbations de votre environnement
5) prendre soin de vous et vous soigner, et donc identifier le milieu associatif et médical compétent
Le reste de cette page est là pour vous aider dans cette démarche !


A titre d'info, voilà ici le bilan d'étape de mon épouse après 5 mois d'action, et ici après 12 mois.
5 à 12 mois pour stabiliser et apprendre à gérer au quotidien ... et quelques amélioration récente décisives ...
Avec cette page, il vaus fadra beaucoup moins de temps ! La route est encore longue. Bon courage !

Suis-je moi-même électrosensible ?
Moi non !  
Les symptômes les plus fréquents sont les maux de tête et les troubles du sommeil.  Rien de cela chez moi !
Pourtant, en surfant de manière quotidienne dans le car ou le bus,  je sens des picottements et de l'irritation dans les mains. Je suis conscient de cela ! J'arrête alors de surfer et je passe mon smartphone en mode avion !
Tout ça pour dire que je le suis peut être un tout petit peu...  comme vous peut-être ?



EHS en quelques chiffres

Au dessus de 0.1 V/m, les EHS sont perturbés : vous sortez de chez vous, protegez-vous !!
Pour vous sentir completement bien, il faut descendre à 0.02 V/m, voire en dessous.
Voilà pour info quelques ordre de grandeur de perturbation rencontrées en ville ou dans le métro (Paris)


En ville

Protégé, en milieu encaissé, rue étroite : 0.05 V/m (seul cas ou vous pouriez vous passer de protection) - Protégé par des bâtiments : 0.10-0.15 V/m
En situation urbaine normale : 0.2-0.3 V/m - à découvert, traversée d'un pont, sur une place : 0.3-0.4 V/m
Sous le flux d'une antenne : 0.5 V/m... sur l'esplanade de La Défense (plusieurs antennes) : 0.7 V/m

Dans le métro, en mobilité

Dans un tunel sans antenne, vous êtes seul dans le wagon : 0.05 V/m. Dans une station, seul : 0.2-0.3 V/m
Dans la rame (tunel ou station), entouré de nombreuses personnes :  0.5-0.7 V/m
une personne surfe en face de vous : 1 à 2.5 V/m. Vous même êtes connecté et surfez : 3 V/m... et plus

Les EHS, quelquefois par déni (c'est normal au début !) ou par problème de mémoire ou de conscientisation , ne pensent jamais assez à se protéger !
Ne sortez jamais sans votre tissu métalisé (ex : coton 85%, cuivre 15%) : un investissement indispensable.  
Ayez toujours une couverture de survie avec vous (ça prend pas de place et c'est pas cher !).

Toute la problématique des EHS est résumée dans les quelques chiffres ci-après :
Champ électrique continu naturel  : 100 à 150 V/m
Champ électrique alternatif naturel (zone blanche) : 0.001 V/m

Champ électrique alternatif désagréable pour un electrosensible : < 0.1 V/m

Champ électrique alternatif dans les transports (Smog Smartphone) : 0.4 V/m
Champ électrique alternatif en face d'une antenne relais : 0.5 V/m
Champ électrique alternatif à l'oreille d'un telephone sans fil domestique : 5V/m

valeur limite légale d'exposition aux ondes haute fréquence : 50 V/m environ
soit 50 000 fois plus qu'une zone blanche
Champ magnétique continu naturel : 30 à 70 micro-tesla
Champ magnétique alternatif naturel (zone blanche) : 0.013 à 0.017 micro-tesla

Champ magnétique alternatif  
"limite" pour un electrosensible : < 0.1 micro-tesla

Champ magnétique alternatif  à 50 cm d'une plaque induction : 0.2 micro-tesla
Champ magnétique alternatif  à 10 cm d'une plinthe electrique : 0.4 micro-tesla
Champ magnétique alternatif d'un four micro en veille, ou dans le tram : 1 micro-tesla

valeur limite légale d'exposition aux ondes basses fréquence100 micro-tesla
soit 6 000 fois plus qu'une zone blanche
Comme vous le voyez, ce sont les champs alternatifs, ou pulsés qui font mal aux électrosensibles

EHS ou non - contrôlez votre exposition !
17/09/2017; mise à jour 30/10/2017


Ci-dessous, les valeurs qui me servent à contrôler l'exposition
(la mienne - non EHS - et celle de mon épouse EHS)
Ces valeurs sont issues de la synthèse entre la littérature et notre expérience personnelle


Gamme de fréquence Électrique (E) ou Magnétique (M) Perturbation Unité Max non EHS Max EHS Cible EHS (jour) Cible EHS (nuit)
BF E Champ électrique mesure avec terre V/m 40 20 10 3
BF E Champ électrique hors potentiel V/m 10 5 3 1
BF E tension induite V 20 10 5 2
BF M Densité de flux nT 200 100 50 20
BF M Densité de flux mGauss 2 1 0,5 0,2
HF E Densité de puissance μW/m2 100 25 7 0.1
HF E Champ électrique mV/m 200 100 50 6




Insuffisant Moyen Bon Très Bon




EHS : action indispensable EHS : test d'acceptabilité objectif à atteindre Chambre , lieu d'apprentissage
précision (30/10/2017) : Densité de puissance (W/m2) =  [ Champ électrique (V/m) ] ^2 / 377 ou  Densité de puissance (μW/m2) =  [ Champ électrique (mV/m) ] ^2 / 377
exemple, pour 200 mV :  Densité de puissance (W/m2) = 200^2 / 377 = 106  μW/m2  ≈ 100  μW/m2
En page 146 du rapport de l'OMS de 1985 (La Protection contre les rayonnements non ionisants), on pouvait déjà lire : "Lancranjan et al. (195) ont étudié la fonction gonadique de 31 techniciens sur Micro Ondes, dont 22 auraient souffert d'un affaiblissement de la libido et d'une diminution de la spermatogénèse après 8 ans en moyenne d'exposition professionnelle à "des dizaines ou des centaines de  
μW/m2", d'ondes comprises entre 3.6 et 10 GHz". A noter que les valeurs légales (61 V/m, soit 61 000 mV/m) sont  de 10 000 000  μW/m2 soit 100 000 fois plus élevées que le seuil de 100 mV/m !
 
A noter : les valeurs légales
sont très supérieures (voir décret du 3 mai 2002 publié en catimini entre les 2 tours de l'election présidentielle) :
100 000 nT en BF au lieu de 200 (500 fois plus), 5 000 V/m en BF à 50 Hz au lieu de 10
(> 100 fois plus), 61 000 mV/m en HF au lieu de 200 (300 fois plus).
Les normes légales très élevées ne sont pas contraignantes, et autorisent la mise sur le marché de n'importe quel équipement.

Au dessus de ces valeurs, je considère que notre capital santé est en danger.

Exemple parmi la famille et les amis :
- Un radio reveil (BF) à proximité de la tête du lit, la nuit :  100 V/m >> 10 V/m , 40 nT >> 20 nT
- Dans le salon, aucune lampe correctement branchée. >>  200 V/m à proximité de chacune
- Un radiateur electrique non mis à la terre : Tension induite de 50 V >> 20 V
- Une antenne relais (HF) à 300 m en face du salon : E=600 mV/m  >> 200 mV/m
Par comparaison, noous dormons dans un environnement à 20 nT, < 1 V/m (BF),
< 6mV/m (HF)
Chez 2 personnes, cet été : en éloignant le radio-réveil pour l'une, ou en dormant dans un univers sans ondes HF pour l'autre, l'impact fut rapide chez les 2 : bon sommeil, et aucun réveil la nuit.

Ces seuils sont-ils faciles ou difficiles à obtenir ?

L'objectif le plus difficile à atteindre concerne le champ magnétique basse fréquence ambiant en appartement (densité de flux, en nanoTesla; nT)
De jour, en maison, en environnement non pollué par des sources basses fréquences (BF), comme des transformateurs ou des lignes haute-tension, il est possible de descendre sous les 20 nT (tableau : M en BF).  En appartement et en ville, ce n'est possible que la nuit, quand il n'y a plus d'activité alentour.
En appartement, de jour, il est courant d'atteindre 100 à 200 nT, ne serait-ce qu'à cause de la pollution environnementale engendrée par les appareils en fonctionnements dans le logement propre ou les logements voisins comme machines à laver, robots ménagers, cafetières, cuisson électrique, informatique, ustensiles électriques, par exemple rasoir, sèche cheveux, radio réveil, et tous les éclairages.
Cette pollution est parfaitement visible sur un mesureur, et un EHS la détecte également immédiatement. Cette pollution rythme notre quotidien : forte en semaine en matinée et en soirée, faible en journée et minimale durant la nuit.
En ce qui concerne la pollution par le champ électrique basse fréquence (tableau : E en BF), ou le champ électromagnétique 
haute ou moyenne fréquence (tableau : E ou B en HF), il est quasiment toujours possible de fortement la diminuer, grâce aux conseils éclairés d'un diagnostiqueur, ou en faisant soi-même diagnostics et aménagements.

Il faut savoir que, même si nous ne la sentons pas, nous subissons tous cette pollution électromagnétique.

Nos sensations proprioceptives sont fonction de notre tempérament, donc de notre hérédité, de notre naissance, et de nos acquis sensoriels. Cette sensibilité s'éduque (grâce à des arts divers, des activités comme le yoga ou des cours d'œnologie !)
Nous subissons tous la pollution électromagnétique (electrosmog) comme nous subissons également tous la pollution atmosphérique (les particules fines, les composés organiques volatils, les engrais, la fumée de cigarette), la pollution alimentaire (la mauvaise qualité des aliments, la présence de pesticides, de dechets ou de médicaments dans l'eau), la pollution médicale (les  effets secondaires des médicaments), la pollution sonore (le bruit), la pollution visuelle (les affiches publicitaires criardes, la laideur de certains quartiers), la pollution intellectuelle et spirituelle (les émissions abêtissantes, les spams, les news abrutissantes des JT, la publicité).

Certains sont plus sensibles que d'autres à leur effets immédiats, mais tout le monde est touché.

Un parallèle que j'utilise souvent est la fumée de cigarette.
Celle-ci n'était pas au départ considérée comme polluante, et on fumait dans les trains, les bus et les avions. Puis apparurent successivement les interdictions dans les transports, au travail, dans les restaurants, dans les gares... au fur et à mesure que notre sensibilité à la gêne occasionnée par les autres augmentait, ou que le risque de cancer s'avérait plus prégnant.  
Le lobby des vendeurs de cigarettes a ralenti l'apparition de ces mesures antipollution, mais les faits sont têtus... et les politiques ont fini par agir.
Le fait de subir la fumée de l'autre engendre comme nous le savons aujourd'hui le tabagisme passif, et nous avons trouvé des solutions : des patchs pour arrêter de fumer, des leurres divers et variés comme les bonbons, et aujourd'hui la cigarette électronique.
Il ne viendrait à personne l'idée d'emmerder son voisin en lui crachant à la gueule sa fumée  de cigarette. C'est pourtant ce que nous faisons quotidiennement avec nos smartphones sur les banquettes du tramway : nous crachons nos ondes à la gueule du voisin, avec la bénédiction des vendeurs  de nouvelles technologies.

Un des premiers effets visibles qui doit tous nous alerter est l'impact chronique sur le sommeil
(difficulté à s'endormir, réveil la nuit, souvent pour uriner, réveil en étant fatigué).
Si la sensibilité immédiate échappe à notre conscience, la dose cumulée que nous recevons  nous affaibli.
Nous avons tous un "capital sucre", un "capital graisse", un "capital soleil",
un "capital goudron de cigarette", un "capital ondes"....
bref, un capital santé que nous épuisons un peu plus chaque jour.


   En savoir plus sur les avancées médicales  
Sur le Syndrome d'Intolérence aux Champs ElectroMagnétique (SICEM) : demystifier le SICEM (2 pages)
Cet article a été publié en 2011. En 2013, les CEM ont depuis été classés "Cancérigènes possibles" par l'OMS. Le SICEM "fonctionne" un peu comme le SIDA.
Il diminue la resistance de l'organisme et permet à des événements opportunistes de se déclencher.  Mon épouse à une expression raccourcie très parlante : c'est un "SIDA des ondes".
En 2015, les biomarqueurs de l'électrosensibilité ont été identifiés (Belpomme, Campagnac et Irigaray) : résumé de la publication ici en Anglais, et ici en Français.
Voir aussi le Pr Belpomme à l'Assemblée Nationale (11/02/2016, Salle Colbert, en présence des députées L. Abeille et M. Rivasi)video (20 min)
Il existetait aussi d'autres études, comme celle sur la protection contre les rayonnements non ionisants  , de Michael J.Suess faite par l'OMS en 1985.


News 2016

Un sujet environnemental et sanitaire sensible et d'actualité pour un long moment, hélas.
Découvrez les dernières avancées présentées par le Professeur Belpomme, à l'occasion du colloque du 11/02/16 à l'Assemblée Nationale.

***
Le vendredi 8 juillet 2016, l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
a donné son avis relatif à l'expertise "Exposition aux radiofréquences et santé des enfants"
 Le Monde, Le Figaro santé, Libération, La Croix, Sciences et Avenir, France Inter s'en sont largement fait écho en ce début de période de congés.
(Je n'ai en revanche trouvé aucune annonce sur le site de UFC-Que Choisir, ou celui de 60 Millions de Consommateurs)
L'avis, un pdf de 298 pages, est disponible ici sur le site de l"ANSES (ou sinon ici).  Les 16 premières pages résument l'ensemble.
En page 8, nous pouvons lire : "Les données disponibles permettent de conclure à un effet possible des radiofréquences sur les fonctions cognitives de l’enfant. "

 
***
Dans "Le Point" et "Le Quotidien du Médecin" (février) : des médecins appellent à reconnaître l'électrosensibilité. Rapport de l'ANSES attendu à l'automne ...

 
And in the world ?  In population-based surveys, the prevalence of EHS has ranged from  
1.5% in Sweden (1997) , 3.2% in California (2002) , 5% in Switzerland (2004), up to 13.3% in Taiwan (2011) .  See this study (2015) and 1, 2, 3, 4... 5




Sommaire
de la présente page électrohypersensibilité (EHS)


Des brèves de France Info sur l'electrosensibilité... à la loi parue au JO le 10/02/2015

* * *

Introduction : l'évolution du contexte ; les nouvelles ondes de notre univers technologique

Témoignage : du vécu (mon épouse) ; des symptômes au diagnostic

Enquête : electrosensible; c'est quoi, qui, combien ?

* * *

Témoignages de 6 EHS, en courtes video

Témoignage : quelles protections ?
(et le point étape après 5 mois)

Objectiver ; résumé en un tableau

Mesures : quels instruments ?

Mesures : quels résultats ?

Spécial basses fréquences
suite à l'acquisition du ME3830B de GigaHertz Solutions, qui autorise les mesures
de champ électrique et champ magnétique dans la gamme 
16 Hz -100 kHz et couvre donc le courant électrique 50 Hz !


Petite expérience : iphone + tissu -50dB

* * *


Spécial Terre : le déchargeur
 Mettez-vous à la terre pour votre santé : déchargez-vous !

Spécial "lampes à la terre "
 Comment transformer une lampe éteinte très nocive...
... en lampe allumée presque saine !


Spécial LED
 Les LED sont elles aussi inoffensives que cela ?



Les lampes basse consommation - fluocompacte



Spécial LINKY
 Pourquoi ce compteur n'est pas sain : un résumé




 
écoles au voisinage d'antennes relais... d'un hôpital et d'une église...

 Les jouets... des émetteurs insoupçonnés !


Quelques liens (vidéos, associations pour la recherche, association de défense, sites commerciaux)






Page électrohypersensibilité (EHS).... en détail



Introduction :
l'évolution du contexte ; les nouvelles ondes de notre univers technologique

Notre monde est de plus en plus connecté.
A l'aire de l'électroménager a succédé celle de l'informatique, laquelle s'est fortement diversifié en l'espace de 20 ans.

Nous sommes cernés par les emetteurs GSM et les réseaux hertziens.
Vous pouvez y retrouvez ceux à côté de chez vous sur http://www.cartoradio.fr/cartoradio/web/


La Génèse des ondes...


Au commencement,
les seules ondes que nous recevions étaient celles de nos postes de radio puis de télévision dans les années 60.
Je suis né dans ces années là, un enfant de la télé. Il est vrai que la génération d'avant avait connu le réfrigérateur.




+ quelques données en pdf


Dans les années 80, l'ordinateur personnel fit son apparition. J'installais les premiers PC et MAC en entreprise en 1988.
L'ordinateur était alors connecté dans le salon et relié
en filaire à l'internet via sa "box".

Puis se fut l'explosion :
Les premiers portables GSM dans les années 90.
J'ai eu mon premier portable dans les années 1995, pour pouvoir coordonner des opérations sur des sites en panne.
Les téléphones sans-fil domestique (DECT = Digital Enhanced Cordless Telephone) sont également apparus dans ces années là.

Le WiFi a ensuite fait son apparition pour connecter au Web le portable de la maisonnée.

La domotique est entrée dans le foyer, avec les caméras connectées,
puis les appareils détecteurs de présence ou détecteurs de fuites d'eau reliés à une centrale.
Les compteurs d'énergie connectés ont fait leur apparition (télérelevé, surveillance des consommations),
avant leur tentative prochaine de généralisation avec LINKY et consort,
sous l'égide d'un etat tout puissant et pas forcément à l'écoute des effets sanitaires.

Les smartphones se sont démocratisés dans les années 2010,
et les voyageurs écoutent leur musique avec leur casque bluetooth dans les transports en commun.

Après les puces RFID que les touristes des boites de nuit
se font déjà injecter dans le bras pour payer leur consommation lues par un emetteur recepteur sans contact,
c
'est maintenant au tour des googles glass et des montres connectées.
Nous n'en sommes pas encore à Skynet (Terminator), mais cela peut venir.




Autant dire qu'en l'espace de 20 ans,
des ondes qui n'avaient jamais été expérimentées par l'homme,
peuplent désormais notre quotidien.
Ces nouvelles ondes éléctromagnétiques s'étendent
majoritairement dans les fréquences 400 MHz à 2 GHz,
(micro ondes mettant par exemple les molécules d'eau en rotation, d'ou l'échauffement de la matière).
Ces "nouvelles" ondes ont des fréquences allant pour la plupart de 10 kHz à 5 GHz,
correspondant à des longueurs d'ondes allant de plusieurs kM à quelques cm
(lambda = λ = c/f avec c=vitesse de la lumière dans le vide = 300 000 km/s)

L'homme, jusque là, s'est adapté en plusieurs millions d'années
aux ondes élécromagnétiques de la gamme de fréquence allant de l'infrarouge au UV, en passant par le visible.
Les impacts se sont étendus aux effets thermiques des équipements electroménagers basse fréquence
comme les lampes aux réfrigérateurs...  puis avec l'informatique et la communication aux hautes fréquences cités ci-dessus.

En résumé, la connaissance de l'impact sur notre santé et celle de nos descendants est encore très limité,
et n'a pas encore atteint l'age d'un bon porto !

Comme nous le savons déjà avec le plomb, le mercure, l'amiante, la radioactivité, le sang contaminé, les farines animales,
ou les divers produits chimiques mutagènes ou cancérigènes (du distilbène au médiator) ,
la réglementation et la prévention ont toujours un métro de retard. Au moment de leur découverte, le sujet est sans surprise tabou.

Les elecrosensibles d'aujourd'hui sont les premiers temoins des effets nocifs des nouvelles technologies.

Bien évidement, entre les premières installations et les premiers symptômes nocifs, c'est tout un business florissant qui s'est installé,
porteur de plaisir et confort, de communication et de culture... en un mot de ce que nous appelons le progrès.
Ainsi va le monde, d'expérimentation en experience, en se régulant petit à petit pour trouver en permanence son équilibre et sa stabilité.

Toujours est-il que c'est parce que je suis au contact d'une electrosensible, mon épouse,
que je partage avec vous sur cette page mes quelques connaissances et expériences sur le sujet.



antennes relais et faisceaux Hertziens : les poisons incidieux


Chez un EHS, ces antennes et faisceaux engendrent des douleurs !
Douleurs internes : douleurs musculaires, migraines, douleurs cervicales, lombaires, aux bras, aux jambes...
... réveil de douleurs récentes et anciennes.

Solution : les identifier, les fuir, ou mettre un écran...

Nous sommes cernés par les antennes relais
Retrouvez les antennes relais sur http://www.cartoradio.fr/cartoradio/web/




Nous sommes également cernés par les faisceaux hertziens. Ceux-ci remplacent la fibre optique chez les opérateurs.
Très hautes fréquences, ils sont particulièrement "méchants" pour les électrosensibles.
Ce sont de véritables autoroutes de l'information... autoroutes en plein air (moins cher que du câblage) !
A 20 m au dessus de vos têtes (si vous avez de la chance), c'est un train d'ondes qui circule !
Retrouvez les faisceaux hertziens sur https://carte-fh.lafibre.info/



Jusqu'à quelle distance les faisceaux hertziens sont-ils "méchants" ?
Au minimum, à une distance d'un rayon r de l'elipsoide de Fresnel... mais en fait bien plus, plus de 10 fois cette distance (100 par précaution)

exemple : deux antennes de faisceaux hertziens distantes de D= 7.5 km soit 7 500 m et émettant à 11 GHz :  f = 11 GHz soit f = 11 000 000 000 Hz
La longueur d'onde associée est  lambda = λ = c/f avec c=vitesse de la lumière dans le vide = 300 000 km/s, soit 300 000 000 m/s)
λ = c/f = 300 000 000 / 11 000 000 000 = 300 / 11 000 = 3 / 110 = 0.027 m soit 2.7 cm
le diamètre au centre vaut 2 r = racine (
λ x D) = racine (7 500 x 0.027) = racine (204) = 14.3 m.
A cette distance de 14 m de l'axe du faisceau, la perturbation est ressentie par l'EHS... et même à plus de 10 fois cette valeur !
En résumé... ne stationnez pas a proximité de l'axe d'un faisceau hertzien !

Exemple 1 : mon épouse ressent à 50 m les effets d'un faisceau de 2 antennes de 23 GHz situées à 500 m l'une de l'autre (soit 2r = 2.6 m),
soit 20 fois la distance "2r", ou encore 40 fois la distance "r" !; l'effet ressenti est différent de celui d'une simple antenne relais.
A noter :  les antennes relais (des grands rectangles de 1 m de long) et les faisceaux hertziens
(qui ressemblent à des tambours de 30 à 60 cm de diamètre), sont souvent situés sur les mêmes pylones.

Exemple 2 : fort malaise durant la descente en voiture de la N118 à Sèvres !
A cet endroit, la descente suit approximativement la trace d'un faisceau hertzien...





éoliennes et autres pollutions CEM (basses fréquences) ou autres...

mise à jour du 28/02/2018

Les éoliennes se déploient de plus en plus.
Vous pouvez les retrouver en grande partie sur :
http://fee.asso.fr/centre-infos/cartographie/
ou sur
http://www.windforfuture.com/secteur-2/carte-des-installations/



Les éoliennes émettent des champs basses fréquences.
La sensation se rapproche de celle ressentie a proximité d'une ligne très haute-tension.

Quand on est a proximité d'une éolienne (puissance de 2500 kW),
passer à une distance de 500 m est très pénible pour un EHS.
Passer à 1 km d'une ferme d'éolienne (une dizaine d'éolienne) est désagréable. 
Une distance de 2 km est suffisante pour ne pas ressentir d'effet.
La distance semble plus déterminante que la direction de l'éolienne.

Selon les données disponibles sur internet, le champ magnétique a proximité de l'installation d'une éolienne (éolienne, transformateur...) est de l'ordre de 1 à 4.8 microtesla (ex : ici, page 40, ou - et sinon ou ).
Ces valeurs sont du même ordre de grandeur que les champs magnétiques émis à proximité d'une ligne très haute tension de 225 kV (4 microtesla) ou 400 kV  (jusqu'à 6 microtesla).

La diminution du champ magnétique avec la distance est plus faible quand la puissance est forte. L'effet de l'éloignement d'un équipement électroménager, comme un rasoir electrique par exemple (dont les EHS ont banni l'usage !) , dont la proximité est redhibitoire pour un EHS, semble plus efficace que l'éloignement d'une ligne  haute-tension (qu'un EHS est obligé de subir !) où le ressenti peut aller au delà de 500 m*

Même si le champ magnétique chute très rapidement avec la distance, il demeure élevé pour un EHS. Une simulation sur ce site donne par exemple un champ de 200 nT à 100 m d'une ligne THT de 400 kV. 200 nT est nocif pour un EHS. Certains EHS sont sensibles à des champs magnétiques variables inférieurs à 50 nT*.

(*) Rappel : le champ magnétque variable naturel est de l'ordre de 13 à 17 nT (à ne pas confondre avec le champ magnétique terrestre de 50 microtesla qui ne varie pas dans le temps et qui ne gêne pas les EHS).
Si la perturbation est mesurée, l'impact est la plupart du temps avéré chez les EHS (à un moment où ils ne sont pas saturés de pollution et ont pu récupérer), mais l'inverse n'est pas vrai : une perturbation non mesurable peut avoir un impact sur un EHS. Cela est facilement mis en évidence dans les HF par un test en aveugle : appel GSM devant un baldaquin, alors que l'EHS, pourtant a l'abri 
sous son baldaquin, ne mesure pas de variations du CE ambiant sur son appareil  et ressent quand même un effet, certainement dû aux variations pulsées.
Le comportement en BF est identique : effet ressenti d'une ligne HT ou d'une éolienne alors que  théoriquement, la variation du champ est très faible. En définitive, seul le ressenti de l'EHS compte !


Solution : En résumé, rester à distance : 2 km par précaution.

Les éoliennes étant des installations classées pour la protection de l'Environnement (ICPE),
vous pouvez en cherchant bien les identifier dans la Base des installations classées
(Activité principale : Production et distribution d'électricité), sur le site suivant (hélas pas sous forme de carte) :
http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/rechercheICForm.php

Si vous souhaitez aller plus loins dans l'analyses des risques environnementaux,
vous pouvez mener vos propres investigations sur : http://www.georisques.gouv.fr/cartes-interactives#/


Pour des mesures des champs électromagnétiques basses fréquences sur le territoire,
vous pouvez aller sur la cartographie de ce site :

http://www.clefdeschamps.info/Carte-de-mesures
Vous y trouverez couramment des endroits à plus de 1 microtesla,
qui sont certes en deça des limites réglementaires (100 microtesla),
mais qui sont absolument invivables pour des EHS
(qui visent moins de 50 nT, soit 0.050 microtesla maximum).



Témoignage... ... et compléments scientifiques



Comme je viens de le dire, mon epouse est électrosensible.  Comment est-ce arrivé ?


     Je dirai d'abord : qu'a-t'elle vécu ?      



Symptômes

D'abord, paresthésie, c'est à dire fourmillement + sensation d'être ankylosée + sensation d'avoir de l'électricité

localisation : fonction du niveau de perturbation : main, main pied, main pied bras, main pied bras jambe

Maux de têtes, barre au front, barre derrière la tête avec sensation de chaleur, tension dans les épaules, sensation de chaleur et de surpression dans les oreilles, et trouble du sommeil.

Puis, s’aggravant : difficulté de concentration en augmentation graduelle, perte de la mémoire à court terme 

Puis, s’aggravant : sifflement dans les oreilles, problèmes de digestion, maux de ventre, problèmes respiratoires (blocage au niveau du diaphragme / sternum)

Puis, s’aggravant : irascibilité, envie de hurler, envie de suicide

Après avoir vu médecin, neurologue, ostéopathe : rien ... mesure normale.... rien d'anormal !

Peut-être n'est-ce pas anormal. L'electrosensibilité ne fait peut-être pas encore parti du cursus médical.
Comme souvent, ce n'est pas dans les laboratoires des universités que se nichent certaines découvertes,
mais dans l'expérimentation et les incidents de la vie de quelques "pionniers" !


Qu'il s'agisse de mon épouse ou d'autres témoignages,
il m'est aujourd'hui possible de dresser une liste plus globale des principaux symptômes
qui se manifestent préférentiellement chez les personnes electro hypersensibles

Voir plus bas les symptômes généraux d'electrosensibilité et prédispositions possibles



Alors, comment s'en est-elle aperçue ?


Les premières pistes

Tout d'abord, les symptômes ont évolué de manière croissante sur une période de deux ans,
ce qui semble montrer qu'un phénomène d'accumulation / non élimination semble se produire.

Ainsi, la disparition des maux lors de vacances  tranquilles, sans usage d'équipements électriques ou informatiques
et dans des zones calmes, à la campagne ou dans des habitations non équipées et peu réceptrice (zone blanche).
Suivie de la réaparition des symptômes au retour des vacances.

EUREKA !

Un phénomène de
paresthésie a succédé immédiatement à l'usage au travail d'un téléphone sans-fil domestique (DECT) !
Ce fut la première prise de conscience.

De retour à la maison, mon épouse me raconte la scène.
D'abord interloqué, je l'interroge, nous essayons de mettre des mots sur les maux.

D'abord dubitatif, devant ces descriptions, la tentation de l'explication "psychosomatique" vient d'abord,
puis, devant la gravité de l'impact, j'ai commencé mes investigations, tout d'abord sur internet,
où j'ai découvert un mot bizarre : "electrosensible"

Après 6 mois de recul, je m'aperçois qu'il est facile de tomber dans le paneau du "psy".
Je dois dire que mon expérience de la gestion de crise et l'approche scientifique
 - et donc expérimentale - que j'adopte depuis des années (donc aussi dans cette situation) m'a beaucoup aidé.
10 années d'études scientifiques ne suffisent pas. Il faut une écoute minimale pour comprendre ce qui se passe.
En un mot il faut (essayer de) mettre en veilleuse tout comportement scientiste (ie : nos croyances que nous nous imposons),
et adopter un
comportement scientifique (écouter et expérimenter en utilisant son cerveau gauche... et son cerveau droit)


Un mois plus tard, j'ai découvert sur le site de l'
EHS & MCS - Resarch & Treatment European Group une

description du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques

Cette description très bien faite est disponible sur leur site :
http://www.ehs-mcs.org/fr/liens-utiles_47.html


ou, en pdf, ICI

Outre la description de nombreux symptômes, à travers une description en 3 phases :
(la phase d'induction, la phase d'état, et la phase d'évolution à distance)
on y découvre que les sujets jeunes, les femmes enceintes sont particulièrement concernés
et que "Plus que l’évolution vers un cancer, la véritable complication de l’électrohypersensibilité
est en effet principalement la maladie d’Alzheimer.
"

* * *

Vous pouvez trouver sur internet une video
(18 min, en anglais sous titré français)
de la conférence de presse à l'Academie Royale de Médecine de Belgique :
"EHS - MCS 5th Paris Appeal Congress - 5ème Colloque de l’Appel de Paris"

D.Belpomme (France), Cindy Sage (USA),  D. Carpenter (USA), -
O.Johansson (Suède), L. Hardell (Suède), M. Kundi (Autriche), M.Havas (Canada)

En résumé :
1216 patients analysés, dont 90% d'electrohypersensibles, objectivation des symptômes.,
examens cliniques et investigations biologiques effectuées  - urine et sang - (Pr. Belpomme)
Nombreuses preuves, effets sur les générations futures, la reproduction... les coûts induits seront très élevés...
la prochaine étape appartient à l'OMS et aux décideurs (C.Sage)
Le point le plus critique est le WiFi à l'école, du fait des effets à long termes et irreversibles (D. Carpenter)
Stopper le WiFi à l'école est la priorité. Les normes de l'ICNIRP ne tiennent pas compte des effets à long terme,
elle ne tiennent pas compte des effets non-thermiques .
Les professions médicales ont besoin d'être éduquées parce que les médecibns ignorent les problèmes. (L.Hardell)
Les croyances de la communauté electromagnétique, a savoir que l'electrosensibilité n'existe pas (l'effet non-thermique), sont très fortes,
même si l'heure n'est pas à l'optimisme, il est possible que chez les chercheurs indépendant des gouvernements et l'industrie,
la majorité soit de notre avis sur l'existence de l'electrohypersensibilité  (M.Kundi)
Les ingénieurs electoniciens qui développent les standards n'ont pas la'expertise pour cerner les effets sur la santé humaine
(D. Carpenter)
A souligner : le très petit nombre de chercheurs qui travaillent sur le sujet (O. Johansson)
3 priorités : cancer, effets sur la reproduction... et symptômes  (M.Havas)
Décisions du CIRC de 2011 : ondes electomagnetiques cancérigènes classe 2 B  
(L.Hardell)

D.Belpomme (France), Cindy Sage (USA),  D. Carpenter  (USA), O.Johansson (Suède), L. Hardell (Suède), M. Kundi (Autriche), M.Havas (Canada)





Un exemple de test réalisé par des laboratoires vers lesquels oriente le Professeur Belpomme
afin de déterminer si un patient est électrosensible

Encephaloscan
(scanner sur le cerveau, avec un casque sur la tête)

voilà un exemple concret des impacts qui laisse pour le moment notre petit monde médical sans voix.

Ci-dessous les enregistrements effectués à l'encephaloscan
Comparaison entre un sujet normal (temoin) et un sujet electrosensible.

Cet examen donne une image de l’irrigation artérielle des zones des deux hémisphères du cerveau.
Les analyses des résultats des encéphaloscans sont basées par rapport à des écarts types de références.
Sur le diagramme en barres verticales, apparait en couleur rouge et en orange les zones correctement irriguées ;
en jaune ou en bleu les zones qui souffrent d’un débit (vascularisation) insuffisant.
Voir un témoignage très détaillé ici, avec les examens médicaux

Il existe également des impacts sur barrière hémato-encéphalique, qui est toucées ches les 
sujets electrosensibles.


***

Par ailleurs, vous trouverez une expérience déterminante ici 
(vous le trouverez également )
Il ne s'agit de rien de moins que de l'expérience d'un cobaye electrosensible qui a passé 2 encéphaloscans :
le premier, lorsqu'il était très atteint, le deuxième après 3 mois dans une zone complètement blanche.
La différence est saisissante, comme celle entre les sujets témoins et electrosensibles.

Il semble bien que nous ayons ici des preuves scientifiques de l'impact bénéfique d'une zone blanche...
... mais alors, l'electrosensibilité existerait-elle vraiment ? A suivre !

Zone blanche

Voilà les photos de la zone blanche où est resté notre cobaye : la forêt de Saou, site tout à fait original,
une forêt en forme de cuvette à l'interieur d'un massif de la Drôme, entre Valence, Montelimar et le Vercors.

Aucune onde ne peut passer, car cette forêt de 2500 ha, à 1500 m d'altitude, est protégée par des falaises.
Je rappelle que les conditions en zone blanche naturelle (voir thèse plus haut) dans le tableau ci-dessous.

Champ électrique continu naturel  : 100 à 150 V/m
Champ électrique alternatif naturel (zone blanche) : 0.001 V/m

Champ électrique alternatif désagréable pour un electrosensible : < 0.1 V/m

Champ électrique alternatif dans les transports (Smog Smartphone) : 0.4 V/m
Champ électrique alternatif en face d'une antenne relais : 0.5 V/m
Champ électrique alternatif à l'oreille d'un telephone sans fil domestique : 5V/m

valeur limite légale d'exposition aux ondes haute fréquence : 50 V/m environ
soit 50 000 fois plus qu'une zone blanche
Champ magnétique continu naturel : 30 à 70 micro-tesla
Champ magnétique alternatif naturel (zone blanche) : 0.013 à 0.017 micro-tesla

Champ magnétique alternatif  
"limite" pour un electrosensible : < 0.1 micro-tesla

Champ magnétique alternatif  à 50 cm d'une plaque induction : 0.2 micro-tesla
Champ magnétique alternatif  à 10 cm d'une plinthe electrique : 0.4 micro-tesla
Champ magnétique alternatif d'un four micro en veille, ou dans le tram : 1 micro-tesla

valeur limite légale d'exposition aux ondes basses fréquence100 micro-tesla
soit 6 000 fois plus qu'une zone blanche

Toute la problématique de l'electrosensibilité tient dans le petit tableau ci-dessus ...
... nous avons tout simplement oublié que nous étions des êtres vivants (du bio en somme !).

Mais les voies du seignueur sont impénétrables...
et quand l'occident se sera suffisement abîmé, les ordes barbares apporteront peut-être du sang neuf...




En complément, une émission de Radio-Courtoisie (3 x 50 min)
avec interview du Professeur Belpomme
partie1partie2partie3 )

En résumant quelques points :

Les impacts des champs électromagnétiques (CEM) sur la cellule :
Trouble hypoperfusion sanguine : déficit du flux vasculaire sanguin du cerveau, en particulier dans les lobes temporaux et système limbique.
Les CEM sont susceptibles de former des radicaux libres, lesquels vont troubler le fonctionnement cellulaire, et forment des substances toxiques qui peuvent circuler dans le sang.
En parallèle, dans le cerveau, sous l'impact des CEM un autre effet produit une neuro-inflammation qui entraîne l'ouverture de la barrière hémato-encéphalique, et la contamination des neurones par les substances toxiques issues du sang. Ces substances toxiques entraîne la mort des neurones.
Un dernier effet des CEM peut entrainer la division cellulaire anarchique des cellules astrocytes du cerveau, ce qui entraine une gliose cérébrale (une tumeur cérébrale).
Pour palier ces effets, certains médicament existent déjà, qu'ils oxygènent le cerveau pour le revasculariser, ou à base d'antioxydants pour piéger les radicaux libres formés par les CEM. Les recherches continuent, notamment sur les magnétosomes,
en concentration différente chez les individus, qui sont dans le système nerveux des récepteurs du champs électromagnétiques (chez l'abeille et le pigeon voyageur, mais aussi chez l'homme semble t-il : arcades sourcilières, cou, coudes, genoux, etc. - voir ici, et aussi là)
Voir aussi une thèse sur le sujet ici.

Et les effets sur le vivant  ?
Sur les rats de laboratoire, les effets des CEM sont importants, et induisent une modification de comportement :
- effets neuro cognitifs : le rat ne retrouve plus son chemin dans le labyrinthe
- effets hormonaux et trouble de la sexualité
Et sur les humains ?
Les CEM figurent parmi les causes principales d'Alzheimer : les pollutions au mercure, aux organo-chlorés (pesticide), et pollution électromagnétique. A noter, les femmes sont plus touchées que les hommes (proportion 2/3 1/3 semble t-il). La prévalence Alzheimer (800 000 personnes en France), selon l'OMS, devrait doubler dans les 12-15 ans. Pour les autres effets, voir 
ICI la description du Syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM)

Les impacts des CEM sur la santé ont déjà été mis en évidence par les chercheurs indépendants, mais le sujet est autant médical que sociétal, à l'instar de l’affaire de l'amiante.


Petit rappel sur le scandale sanitaire de l'amiante.

Avec plus de 100 000 morts attendus d'ici 2025, l'affaire de l'amiante, utilisée pendant de nombreuses années comme isolant dans les bâtiments, est le plus grand scandale sanitaire que la France ait connu.
Il a fallu plus d'un siècle entre la découverte de l'effet toxique de l'amiante à la fin du XIX siècle, et son interdiction en 1996 par le gouvernement Chirac, tant les impacts économiques étaient importants. Et c'est seulement en 1999 qu'est parue la directive européenne interdisant l'amiante l'amiante dans tous les États membres.... …. pour le 1er janvier 2005 ! Lorsque les impacts économiques sanitaires ont pris le dessus... la législation à changée. Il est a noter que c’était la première fois que les dirigeants d'une multinationale (groupe suisse Eternit) écopaient en Italie de prison ferme pour cause de scandale sanitaire. En France, une ancienne ministre, mise en examen en novembre 2012 pour homicides et blessures involontaires pour son rôle entre 1984 et 1987 au ministère du Travail, a été définitivement mise hors de cause en avril 2015.




Électrosensibilité et dentition : l’aggravation liée aux métaux
04/03/2018

Un facteur important peut aggraver la santé des EHS : la présence dans leur bouche de composants métalliques susceptibles de faire antenne. Ces composants étant proches du cerveau, l'impact des ondes électromagnétiques (CEM) sera d'autant plus grand.

Par ailleurs, sous l'effet de la salive (qui joue le rôle d’électrolyte), ces composants métalliques peuvent par effet pile (métaux faisant cathodes, d'autres anodes) générer à la fois des courants galvaniques et des produits nocifs par réaction chimique (ex : ethyl mercure). Ces produits peuvent remonter jusqu'au cerveau via le système nerveux (nerf olfactif), ou le bulbe olfactif et occasionner une inflammation.

Ces composants métalliques engendrent à la fois une électro-hypersensibilité (EHS) accrue, et une hypersensibilité aux produits chimiques (MCS ; Multiple Chemical Sensitivity).

La majorité de ces composants sont métalliques : amalgame dentaires ou « plombages » (mercure, argent), couronnes  (argent, or, platine, cobalt, nickel, palladium, gallium), implants dentaires (titane, aluminium), bagues (nickel), appareils dentaires. Les résines pouvant contenir des produits chimiques indésirables, le recours aux seules céramiques (vitrifiées) peut devenir indispensable.

Les EHS ayant ces composants métalliques ne pouvant vivre en permanence dans une zone blanche, le recouvrement de la santé nécessite de faire enlever ces composants métalliques, de les faire remplacer par des produits en céramique, et/ou de faire enlever certaines dents. Ces opérations sensibles devront se faire chez un professionnel bien au fait des impacts des métaux lourds sur l'organisme, chez les ECS et MCS en particulier, en s'entourant des précautions nécessaires.

Voire à se sujet une description très complète sur le site suivant :
http://www.ehs-mcs.org/fr/depose-des-amalgames_85.html





Electrohypersensibilité : une évolution en 4 étapes
Non sensible... Electrosensible... EHS extrême... EHS
01/04/2018





Enquête : electrosensible, c'est quoi, qui , combien ?


Après la découverte de cette cause possible, j'ai creusé...
Internet est dans ce cadre riche de témoignages et d'explications.

L'electrosensibilité est l'impact des ondes elecromagnétiques sur les êtres vivants, les humains en particulier.
A partir de là,
j'écumais le web et identifiais les causes potentielles,
sur tous les appareils pouvant créer de telles perturbations :
Antennes relais, téléphone sans-fil domestique (DECT), WiFi, GSM, équipement de comptage, domotique,
 caméra, électroménager et autres équipements électriques.

Les fréquences radio sont très récentes dans l'histoire de l'humanité; les impacts encore méconnus

Je me renseignais sur la manière de quantifier les effets : champ électrique, champ magnétique,
avec les unités pour les quantifier : volt par mètre, gauss et autre
micro tesla.
Sur les instruments de mesures permettant de mettre en évidence ces phénomènes.
Il me fallait chiffrer pour hiérarchiser les causes et les effets.

Champ électromagnétique = déplacement de la lumière (photons) selon une certaines fréquence

Je me renseignais également sur les impacts eux-mêmes :
de la désorientation des abeilles au voisinage des lignes hautes tension,
jusqu'aux tumeurs du cerveau des jeunes qui dorment avec le mobile sous l'oreiller...

 Cerveau ... et tumeur (en attendant Alzheimer... cf plus haut) 

Sur ce sujet, un témoignage tragique
Attention, âme trop sensible s'abstenir.


Ainsi, les personnes touchées sont de plus en plus nombreuses.


voir le tableau source sur 
http://www.champs-electro-magnetiques.com/ondes/electro-sensibilite-une-pathologie-47.html


Je me renseignais aussi sur toutes les méthodes permettant de parer les effets.

J'en ai également discuté autour de moi avec amis et collègues qui m'ont mis sur d'autres pistes.
Je les remercie ici de leur témoignage qui m'ont été fort utile !


Que dire de plus ?

Signes des temps, certaines assurances ne couvrent déjà plus le risque sanitaire associé aux CEM (Cf ici et  ).

Les organismes de santé publient sans tapage de leurs coté les effets des CEM 

(Cf ici , ici, ici, et aussi ici pour le ministère de la santé,  pour l'ANSES, pour l'OMS)


Dans celui-ci on peut notamment lire en page 17/27 :
4.4.3.3 La prévalence de l’EHS
Dans les revues à comité de lecture, la prévalence de l’EHS a fait l’objet d’estimations variant de 1,5 % en Suède (Hillert et al., 2002) à 5 % en Suisse (Schreier et al., 2006), avec des valeurs de 3,2 % en Californie (Levallois et al., 2002 b), de 4 % en Grande-Bretagne (Eltiti et al., 2007a) et de 3,5 % en Autriche (Schröttner et Leitgeb, 2008).

En résumé, selon ces estimations, il y a 10 ans, autour de 3 à 4 % de la population était Electro Hyper Sensible dans les pays occidentaux. Et aujourd'hui ?

Le seul problème de ces estimations est qu'elles ne donnent pas le niveau de l'electrosensibilité.
Ex : il y a certainement de nombreuses personnes qui ne dorment pas bien quand le WiFi est actif et voisin de la zone de couchage,
mais certainement beaucoup moins qui le trouve insuportable et quite la pièce dès qu'il est allumé.
En revanche, il est fort possible si ce n'est probable que lorsqu'une certaine limite est dépassée,
 - limite qui dépend de chacun d'entre nous, de nos antécédents génétiques, de notre histoire ou vécu personnels.... - 
une fragilité s'instaure de manière intense, et soit difficile à éliminer, même lorsque la perturbation a disparue.
(C'est un peu comme un cancer déclenché par la radioactivité, le cancer peut demeurer même si la source radioactive a disparue).
Le risque de contamination d'une partie de la population est d'autant plus probable qu'à contrario de l'amiante,
le taux d'équipement en appareils sans fils ne cesse d'augmenter, et qu'aucune alerte significative n'est transmise par les politiciens.
Dans ses conditions, la dégradation de la situation ne peut que croître et le message des lancers d'alerte n'est pas entendu.
Cette dégradation prend de ce que j'en vois
la forme de maladies opportunistes
 (exczéma, mycoses, difficultés à cicatriser ou à guérir d'un rhume par exemple).
L'apparition incidieuse de cette fragilité est semble-t-il liée à une altération du système immunitaire,
à l'image de ce qui se passe pour le SIDA ou les maladies auto-imunes dont la cause iatrogène demeure possible :
en définitive, l'effet de l'electrosmog  entrainera logiquement une diminution de l'espérance de vie.

La polution par les ondes rejoint ainsi la liste des polutions environnementales, comme celles déjà connues depuis l'antiquité,
à l'instar du Saturnisme des Romains, dû à la polution au plomb (canalisation d'eau, vaisselle),
qui a entrainée selon l'article débilité mentale, agressivité, et contribué au déclin puis à l'effondrement de l'empire romain.
L'article indique que des études scientifiques menées depuis les années 2000 montrent que
"un faisceau d'indices oriente vers l'existence de causes environnementales à la violence sociétale."
Ne pas prendre en compte l'avertissement qu'est la soufrance des faibles conduit a terme à la dégradation de la situation pour tous.
Ce fait est difficile à intégrer et nous rend assez semblable aux anciens dont nous moquons la barbarie. Rien de changé sous le soleil.
"l'Age d'or sans cesse est remis aux callendes", comme le chante Georges Brassens dans "mourir pour des idées".
In fine, collectivement, nous (nous mêmes et les générations futures) récolterons ce que nous semons.



Combien de personnes impactées par l'electrosmog en France.
Combien d'électrosensibles ?
Combien d'électrohypersensibles (EHS) ?

Tentative d'estimation.
On ne connait que ce que l'on mesure.
Comme l'électrosensibilité n'est pas reconnue ... il n'existe aucun chiffre !
C'est un des inconvénients du déni : on ne voit pas venir les catastrophes potentielles... et on cavale pour espérer un jour rattraper les dégats : Réchauffement climatique et électrosensibilité, même combat !

Electrosensibles :
Nous sommes potentiellement tous électrosensibles. Mais nous ne sommes pas égaux devant les risques.
Certains ont déjà ressenti des effets (2 à 5% de la population selon les publications scientifiques (Cf. ici)
Certains en ressentent même de la gêne*; peut-être de 50 000  à 200 000 personnes en France (0.1 à 0.5%) ?
(*) exemple : sommeil perturbé, mais qui redevient normal dans un environnement sain.
Electrohypersensibles (EHS) :
Pour certains, un point critique a été franchi, entrainant un changement radical du mode de vie ;
Il ne s'agit plus de gêne, mais de véritable souffrance, qui dégrade l'état de santé.
Il s'agit peut-être de 5 000 à 20 000
personnes en France (0.05%, soit 1 personne sur 2000) ?
(Le Professeur Alain Privat estimait en 2015 sur BFM - à 5' sur cette vidéo - cette population à 7000)
La réversibilité définitive de cet état ne semble pas acquise.  
Electrohypersensibles de l'extrême :

La réaction à la pollution atteint un tel niveau que l'expatriation vers une zone blanche semble l'unique planche de salut.
L'absence de solution fait craindre de grandes souffrances : 2 000 
personnes en France ?
Si cet état persiste, la santé se dégrade, pouvant atteindre le système immunitaire, et  ouvrir la porte aux maladies opportunistes. Il s'agit alors d'un syndrome d'immuno defficience, comme un "SIDA des ondes".
Un ressourcement suivi d'un changement drastique du mode de vie semble permettre de redevenir EHS


Et maintenant ?


Ce phénomêne semble toucher majoritairement les femmes (4 fois plus que les hommes semble-t-il) et les plus agés (50 - 60  ans) qui n'ont rencontré les nouvelles technologies que tardivement, dans les années 1990, souvent du fait de leur métier (par exemple : répondre au téléphone, utilisation d'un portable ou d'un DECT). Demain, qu'en sera-t-il ?

Comme l'exposition de la population ne cesse de croître (smartphones, tablettes, bluetooth, wimax...), et à un âge de plus en plus précoce (comme ces femmes enceintes qui surfent dans les transports, le smartphone sur le ventre, exposant fortement l'enfant à naître aux champs électromagnétiques) , il est à craindre que ces syndromes apparaissent de plus en plus tôt, de manière potentiellement violente et irréversible.

Par ailleurs,  de la même manière que fumer 2 paquets par jour ne "vaccine pas" contre l'effet cancerigène des cigarettes, et que l'abus d'alcool ne "vaccine pas" contre l'alcoolisme (et le foie s'en souvient), l'abus de l'electrosmog ne "vaccine pas" contre les ondes !




Brèves de France Info sur l'electrosensibilité

Les journalistes et les scientifiques nous informent-ils assez ?
Il semble que oui... et depuis déjà un certain temps... même si ce n'est pas assez !

France Info résumait recemment la situation dans l'émission Expliquez-nous... l'électrosensibilité (mercredi 26 août 2015)

L'effet des antennes relais est admis depuis quelques années
- Les études médicales confirment la dangerosité des antennes-relais (lundi 21 novembre 2011) -

et l'Organisation Mondiale de le Santé (OMS) n'en fait pas mystère non plus ...
L'OMS soupçonne à son tour un lien entre téléphone portable et cancer (mercredi 2 novembre 2011 00:00)

Plus récemment, un éminent cancerologue nous expliquait sur France Info avoir reçu plus de 700 patients...
- Belpomme : "Les champs magnétiques sont néfastes pour la santé" (mardi 15 octobre 2013 10:17) -
et confirme la dangerosité des ondes, et des risques de cancer chez les utilisateurs de portables
"Les champs magnétiques sont néfastes pour la santé" (Dominique Belpomme)  -

Résumons en deux mots :
Utilisation d'un mobile GSM : 20 min max par jour, par séquence de 6 min max
Risques  : 1 h  par jour pendant 10 ans - risque de cancer multiplié par 5


Et les Politiques, comment réagissent-ils ?


Sur le plan local, une initiative interessante est menée en Alsace, à Strasbourg,
où la ville fournie la cartographie des ondes électromagnétiques à ses concitoyens qui en font la demande.
Strasbourg : les ondes électromagnétiques cartographiées (vendredi 12 juin 2015 10:15)

Vous pouvez associer les éléments de cartoradio (à gauche), et les éléments que donne la ville (à droite)

On peut en déduire de ces 2 cartographies le schéma ci-dessous,  ici avec des cercles d'environ 150 m de rayon autour des antennes



A partir de là, en mixant les données de MAPS et CARTORADIO, vous pouvez mieux visualiser la situation.
Ici, celle du point rouge, à 250 m à l'ouest de l'antenne émetrice du 19 rue des Carmes.
Le champ électrique de cette zone, sans véritable obstacle, est voisin de 1 V/m.


En comparant les valeurs des champs avec les valeurs proprioceptives ci-dessus...
... vous pouvez en déduire ce que cela implique pour les électrosensibles...
1V/m commence à franchement poser problème à certains éléctrosensibles, qui pourront par exemple se protéger à l'aide de rideau à mailles métalisées.
Voir dans ce lien les valeurs conseillées. 1 V/M en hautes fréquences dépasse largement les valeurs préconisées pour les zones de repos,
laquelle ne devrait idéalement pas dépasser les 0.06 V/m en hautes fréquences (et 1.5 V/m en basses fréquences)


Sur le plan national... la situation en restait jusque là à la dénégation... mais a évoluée en 2015.

La dangerosité des ondes "pas étayée", pour Fleur Pellerin (mercredi 30 janvier 2013 17:27)
<<Pour Fleur Pellerin, interdire le wifi  dans les crèches reviendrait "à dire que le wifi est dangereux et mauvais  pour la santé",
or, "aujourd'hui, je n'ai aucune preuve que le wifi  est mauvais pour la santé", a insisté la ministre de l'Economie numérique.>>
et la suite ? Et la Loi ?

L'Agence de sécurité sanitaire rend son avis sur les ondes fin 2013 (Cf document de 2009 dans les liens).
En résumant les propos de la ministre : si il y avait des preuves, ce serait dangereux, je n'ai pas de preuve, donc pas de danger.
Quoi qu'il en soit, la situation a évoluée depuis
 (Voir ici un article qui résume les enjeux).

Suite à une proposition de loi de Laurence Abeille (écologistes) pour qui
"Les doutes existent, et c’est parce que doute il y a que le principe de précaution doit s’appliquer", et où après des débats houleux
la droite a marqué son opposition face aux risques "hypothétiques" et aux mesures contraignantes des industriels des télécom, 

la loi
contre les ondes électromagnétiques a finalement été promulguée par François Hollande
au
JORF n°0034 du 10 février 2015 page 2346

Au menu : Obligation de fournir des kits mains libres pour les enfants de moins de 14 ans, et publicité les recommandant obligatoirement
Pas de Wi-Fi dans les crèches et les garderies, et désactivation dans
le primaire hors "activités numériques pédagogiques »,
remise au Parlement par le gouvernement, sous un an, d'un rapport sur « l’électro-hypersensibilité »
A suivre...



Témoignages d'EHS en video
Symptômes et prédispositions

Les ondes ont changé leur vie.  Découvrez leur témoignage.

Véronique, Quebec, EHS

Christine, ex contrôleur aérien, Belgique, EHS

Isabelle, ex pharmacienne, France, EHS

Bernadette, ex hôtesse de l'air, France, EHS

Emilie, ex architecte, France, EHS

Jonathan, ex chimiste technicien de recherche, France, EHS

Caroline, des solutions chez elle et au travail (baldaquin, rideaux, peinture HNV80...)

Demain, cela peut arriver à vos enfants, à vos proches, famille ou amis


Symptômes généraux d'electrosensibilité

Qu'il s'agisse de mon épouse ou d'autres témoignages - voir aussi les videos ci-dessus,

il m'est aujourd'hui possible de dresser une liste plus globale des principaux symptômes
qui se manifestent préférentiellement chez les personnes electro hypersensibles :

perte de sommeil
(c'est un symptôme très commun qui doit vous alerter, surtout s'il cesse en ayant par exemple coupé sa WiFi la nuit,
ou en évacuant radio reveil, lampe de chevet , ou smartphone de son lieu de sommeil)

picottement dans la main qui prend un objet emetteur
(c'est le premier symptôme qui a éclairé mon épouse sur son état, et le seul que je recents moi-même, non EHS,
après 15 min d'utilisation d'un smartphone en situation de mobilité)

Jusque là, c'est presque supportable...  ensuite, on rentre dans le dur de l'EHS !

fourmillement dans les membres exposés, ou engourdissement (membres, visage),
membres comme anesthesiés, perte de sensibilité, faiblesse dans les jambes,
... jusqu'à une impossibilité de marcher, voire chute dans des témoignages extrêmes


douleurs musculaires, oppression thoracique, oppression au niveau du diaphragme, arythmie cardiaque

barre au front
, tête qui tourne, migraine, acouphènes ... voire perte de connaissance dans les cas extrêmes

La suite est extremement handicapante

 irritabilité, grande fatigue qui devient insupportable ... jusqu'à l'épuisement total et aux envies de suicide

perte de la mémoire à court terme (ne plus savoir qui vient de vous telephoner par exemple !)
Ce symptôme est très typique des EHS bien atteint !

 inflamations, rougeurs, non cicatrisation après une coupure,
épuisement immunitaire avec comme conséquence de grandes difficultés à guérir,
maladies opportunistes persistantes (rhumes, eczéma, infections diverses)

Vous aurez entrevu une certaines progression logique dans les effets :
irritation des surfaces exposés (membres, visage)
prolongement des effets au niveau de la tête et du cerveau, très fragile !
(donc perte de sommeil, migraine, puis impact sur la mémoire, sur les émotions)

puis effets en profondeur dans l'intimité du corps (muscles, y compris coeur)
et fatigue de plus en plus généralisée (organisme, système immunitaire),
avec l'épuisement et le cortège de maladies opportunistes que cela génère)


La co sensibilité à la pollution chimique est a noter : lien entre alergies, MCS (Multiple Chemical Sensibility) et EHS



Prédispositions ?

Le vécu de la personne semble important, voire déterminant. Prenons le témoignage de Christine : elle a été contrôleur aérien pendant 19 ans, et travaillait à proximité des radars (les radaristes furent les premières victimes du syndrome des micro-ondes dans les années 50).

Selon le Pr. Belpomme, les femmes sont 2 fois plus touchées que les hommes.

Les prédispositions physiologiques jouent certainement. Parmi la trentaine d'EHS que j'ai rencontrés, certains profils me paraissent davantages concernés : ossature fine, traits fins. Ensuite, yeux verts, cheveux chatain plus que yeux bleus.
Des personnes plutôt sensibles et à l'écoute (des autres, de leur corps).
Dans ces vidéos, plusieurs correspondent assez bien à cette description.

Les homéopathes parleraient certainement de "terrain tuberculinique" et de "structure silice" (
10-15% de la population) pour décrire les tempéraments les plus touchés. Bien sûr, un grand costaud aux yeux bleus peut être touché (surtout si il installe des antennes !), mais il se trouve que je n'en ai pas encore rencontré.



Témoignage : quelles protections ?
Quelles améliorations ?

Après le premier tour d'horizon qui m'a bien pris une journée, nous avons mis en oeuvre à la maison les premières protections.
D'autres ont été mises en place au fur et à mesure.
Je les donne dans l'ordre chronologique de leur mise en oeuvre par catégorie de lieu.

A - Au travail.
Mon épouse ayant un metier lui permettant d'influer un minimum sur son environnement de travail,
nous avons pu mettre en place relativement facilement les actions suivantes :

 1  - passage du téléphone sans-fil domestique (DECT) en mode eco plus,
qui permet à la base du DECT de ne pas emettre quand il est sur sa base
 2  - mise en place d'un téléphone filaire en connexion avec le DECT, afin que le socle reste eloigné
 3  - remplacement de l'écran cathodique par un écran plat
 4  - inviter les personnes entrant dans le bureau a passer leur GSM en mode avion ou deconnexion
 5  - il apparait ici que l'aménagement des pièces semble avoir un impact significatif
(présence ou non de miroir, feng chui...)

Dès la mise en oeuvre des 3 premières actions, des améliorations notables se sont produites.
Avec la 4ème action, les perturbations ont fortement décrues.


D'autres mesures sont en court de mise en oeuvre ou en projet

 6  - protection de l'ordinateur (couverture de survie or/argent reliée à la terre)
Côté argent vers l'ordinateur.
Attention dans ce cas à ce que l'ordinateur ne chauffe pas trop.
Il doit pouvoir evacuer les calories, et la couverture renvoit la chaleur vers l'équipement.
Il ne faut donc pas l'enrober ! La couverture sous forme d'écran est tout à fait suffisant.

 7  - mettre - temporairement, voir plus bas pourquoi- ses pieds (ou ses mains) à la terre avec un dispositif adequat.
Ce dispositif permet aussi de se décharger chez soi, sans avoir à le faire les pieds sur la terre du jardin.
Dispositif artisanal : à gauche, montage avec portion de couverture de survie (pince sur la partie argent !)  ou une plaque conductrice
+ pince croco + prise mâle avec connecteurs neutre et phase sciés

... ou commercial : à droite : voir ici ou , basée sur un tapis plastique avec une face carbone conductrice, et une face isolante,
complètement à droite, le dispositif pour les chevilles ou les poignets ; voir ici.

En reliant la pince crocodile à une bassine de cuivre à la place de la couverture de survie,
les pieds dans la bassine, l'efficacité est bien meilleure, et le bien-être beaucoup plus rapide.
(d'une part le cuivre est très bon conducteur et la couverture de survie contient du plastique).
La couverture de survie est un excellent écran... mais mauvaise pour la mise à la terre, à cause du plastique (isolant) qu'elle contient.
Il faut pour que ça marche mettre les pinces du bon côté : côté face argentée !

 8  - deconnexion des portables au WiFi quand le surf internet n'est pas utilisé

Il est a noter que mon épouse detecte immédiatement un portable en veille dans une pièce ou une voiture !
A noter que
ce ressenti semble lié à l'effet electromagnétique en général,
et non à l'identification précise de la source (cf tableau ci-dessous).

Elle arrive cependant à différencier quelquefois les portables (HF), des fluocompactes (MF), et du frigo (BF).,
à condition d'y porter son attention. Les "sons" sont différents. A
suivre...

Hélas, qui dit détection dit aussi que le matériel a engendré une perturbation.
Et si les effets se manifestent très vite... ils mettent un certains temps à s'arrêter quand la perturbation a cessée.
Tout se passe comme si il y avait une inertie importante. Et le corps met un moment a évacuer !
Cela a un impact non négligeable sur notre vie sociale !



 9  - utilisation d'un bandeau (avec tissu métallique intégré) pour la tête.
Eventuellement avec un tissu supplémentaire recouvrant le corps.

L'expérience montre que la partie de très loin la plus fragile est la tête.
Une manière élégante de se protéger de manière relativement discrète dans un endroit public est d'utiliser un bandeau (photo 1).
Celui-ci s'enroule autour du tissu à maille métallique (photo 2) indispensable pour se sentir bien (ou au minimum mieux).
Cette utilisation est recommandée, à la ville, dans les transports, au bureau... bref partout ou vous n'êtes pas dans une zone protégée
(protégée = en deça de 0.1 V/m, et en deça de 0.05 micro tesla)


En environnement perturbé (au delà de 0.2 V/m), un voile de protection suplémentaire peut se mettre par dessus le bandeau,
recouvrant ainsi la tête, les épaules et le haut du corps.
Cela est indispensable en voiture (à cause de l'alternateur), dans la rue à pieds (à cause des antennes relais),

en faisant les courses ou dans les transports en communs (smartphone et appareils électriques en tout genre).


 10 -passage en filaire de toute l'installation

USB et RJ45 (+ adaptateur HDMI si besoin)


B - A la ville

 1  - Les sorties chez les proches forcent le dialogue. La solidarité aidant,
les GSM sont coupés en sa présence, et ce point, bien expliqué, soulève peu de difficulté.

Lors des activités associatives, la comprehension est plus difficile mais bien réelle.
Le phénomène soulève parfois un comportement de dénégation, voire de refus et de colère...
... mais il faut bien choisir aussi son environnement sur ce critère !
(tant il est vrai que nous restons sourds à tout ce que nous n'avons pas intégré)
Avec du dialogue, de la perseverance et du courage, la situation s'améliore souvent.

 2  - le tissu protecteur swiss shield naturell (tissu coton a mailles métalisées)
sert aussi bien dans les lieux publics (commerces, transports, restaurants,  salles de
spectacles) qu'au bureau .
Il permet surtout de se protéger des smartphones et des portables...
... et des antennes relais lors des voyages en voiture. C'est fou ce qu'il peut y en avoir le long des autoroutes !



C - Dans les transports


 1  -
Les smartphones et tablettes ont envahi les transports,
et m
on épouse ne prend plus les transports en commun, sauf exception,
et dans ce cas à l'extrémité d'une rame, ce qui limite - hélas trop faiblement - les impacts.

 2  - Le vélo est devenu le moyen de transport quotidien. La voiture également pour des longues distances - inchangé

Pour le vélo, et pour les trajets quotidiens, il peut être intéressant d'optimiser son trajet.
Le site Cartoradio (il existe aussi dle site datafrance), permet de bien cerner les localisation des antennes relais et leur orientation.
Ici, les antennes sont les petits points rouges.... il y en a partout ! En cliquant sur la carte (Ouest de Paris), vous l'avez à plus grande échelle.



A noter, ce point posera certainement de vaste problèmes lorsque l'electrosensibilité sera rentrée dans les meurs.
Des luttes longues avec les lobbyes sont prévisibles, suivi des surinvestissements une fois les perturbations reconnues.
(à l'instar de ce qui s'est passé pour le plomb, puis l'amiante...)



D - A la maison

 1  - Nos téléphone sans-fil domestique (DECT) ont disparus. Nous avons maintenant un téléphone fixe filaire.

 2  - La Box WiFi est coupée la nuit (multprise avec interrupteur ou gestion horaire électromécanique + forçage au besoin).
Après quelques mois, nous sommes définitivement passé en filaire, même en journée.



Ma passion  pour la domotique a été considérablement circonscrite
 3 - Alimentation des détecteurs, capteurs, actionneurs sont coupés en notre présence
(gestion horaire éléectromécanique + forçage au besoin)

 4  - Equipements informatiques en cage de faraday artisanale
(couverture de survie or/argent reliée à la terre avec des pinces crocodiles).
Ceci est particulièrement important car l'usage de l'informatique est devenu indispensable
(messagerie surtout, mais aussi internet)



Nous avons réaménagé notre espace :
 5  - Le refrigérateur étant adossé au mur jouxtant notre chambre,
nous avons repositionné notre couchage pour l'éloigner du réfrigérateur

Les équipements sont en veille et leur plage d'utilisation étudiée

 6  - le réfrigerateur est coupée durant la nuit (programmation horaire ou coupure manuelle au disjoncteur),
de manière à éviter la mise en marche du compresseur la nuit et ses impacts

 7  - les machines à laver le linge et la vaisselle sont mise en oeuvre en notre absence.
A noter : l'essorage est particulièrement perturbateur.

 8  - Tous les GSM sont en mode avion ou deconnexion.
Ils sont mis en marche périodiquement dans la journée pour lire les messages reçus.
Les coups de fils via les mobiles sont données sur le balcon ou à l'extérieur
(à l'instar des cigarettes des fumeurs !)

En mettant en oeuvre ce qui précède, les améliorations sont notables,
malgré une electrosensibilité qui parait relativement élevée.

 9  - Un équipement traitre a été coupé récemment  : un onduleur, pourvoyeur de basse fréquence.
La zone informatique est ainsi intégralement "nettoyée". En HF : 0.10-0.11 V/m

Après quelques semaines, et une amélioration notable, notamment du fait de l'absence des hautes-fréquences,
nous avons identifiés que les basses fréquences étaient particulièrement perturbatrices,
même à une distance de plusieurs pièces à plus de 10 m.

L'alimentation de l'imprimante est coupé de manière systématique quand elle n'est pas utilisée (pas de veille)


En cas de non utilisation, et en particulier la nuit, la totalité des appareils sont coupés
(multprise sur laquelle ils sont branchés sur off, afin qu'aucune tension ou courant n'arrive aux appareils)
Ainsi, plus aucun appareil n'est en veille : ni box, ni écran, ni ordinateur... rien
Les appareils électriques, même éteint, restent en effet sous tension,
et cela est suffisant pour que les basses fréquences poluent.
Cette précaution elimine toutes les basses fréquences de la zone.
L'amélioration du confort est TRES significative.


Plus d'écran en veille... plus de basse fréquence !
On passe de 1.00 micro-tesla à 0.05 à 0.06 micro-tesla (20 fois moins)
Un écran en veille perturbe l'electrosensible jusqu'à 10 m, voire plus !!


 10  - J'ai construit une moustiquaire en aluminium sur mesure pour la fenêtre de la chambre,
afin de nous protéger fenêtres ouvertes des emissions haute fréquence du relais GSM qui est à 200 m.
Les résultats sont très intéressants. A
u centre de la chambre :
Fenêtre ouverte  : 0.10 à 0.12 V/m
Fenêtre fermée  : 0.07 à 0.09 V/m
Fenêtre ouverte, avec moustiquaire : 0.06 à 0.07 V/m


 11  - L'appartement à été aménagé de manière à couper l'appartement des émissions HF GSM sur le mur le plus exposé (mur nord)
Il suffit de mettre une couverture de survie Or/Argent sur le mur, face Argent vers l'extérieur.
Les résultats dans la pièce la plus exposée sont probants, rien qu'avec les couvertures de survie du commerce (2€50 la couverture)
Mur nu : 0.19 à 0.25 V/m dans la pièce... 0.173 V/m mini
Mur avec 3 couvertures de survie de manière a cacher toute la surface : 0.09 à 0.11 V/m dans la pièce.
Il suffit de colmater les zones non couvertes avec une 4ème, et ensuite de cacher la couverture, par exemple avec une bibliothèque !
Mur avec 4 couvertures de survie, bibliothèque semi pleine : 0.06 à 0.07 V/m... 0.058 V/m mini



Cette action fait par contrecoup baisser le champ ambiant dans l'ensemble de l'appartement.
La salon passe ainsi de 0.09-0.10 V/m à 0.07-0.08 V/m
!

Finalement, on obtient :
Pièce la moins exposée : 0.04 V/m ,
Chambre & Salon peu exposés : 0.08 V/m,
Chambre exposée - non traitée : 0.20 V/m, Chambre exposée - traitée : 0.07 V/m !

La chambre arrive à un résultat faible et quasiment tranquile sans investissement notable.
Pour aller plus loin, il faudrait se protéger en installant tapis et voiles isolants (cage de Faraday),
ou encore peindre les murs avec une peinture spéciale.

(en fait le tapis n'a rien apporté dans notre cas... car aucune perturbation n'existe dans la pièce du dessous...
... contrairement au salon... voir ci-dessous)


Voir en n° 19 pour une amélioration dans la zone de couchage...


 12  - Un autre élément perturbateur inattendu : les plinthes !
En effet, le courrant électrique y circule, et donc
dans tous les cas un champ électrique...
... et
un champ magnétique quand un appareil est allumé.
En BF : 0.4 micro-tesla (ici dans un autre appartement, mais le résultat est le même)


En coupant au tableau électrique éclairage et prise de courant chambre durant la nuit,
(plus rien ne passe dans les plinthes)
de manière à ce qu'aucun champ électrique ni magnétique ne substiste dans la chambre,
on descend sous les 0.04 V/m au niveau du sol. Et 0.05 micro-tesla. Presque une zone blanche !
L'amélioration est très significative !




Cette coupure  a un effet de bord... elle coupe aussi l'éclairage dans d'autres pièces !
Un bon moyen de régler cette question pour la personne qui couche dans la chambre voisine :
une lampe solaire portable


Il s'agit ici d'un modèle AWANGO
 conçu pour les pays d'Afrique
il est vendu par TOTAL

Un petit bémol avec ces lampes... qui continuent à emettre en basse fréquence une fois éteinte.
en positionant le capteur de manière adéquat, on capte un champ magnétique de 12.6 micro-tesla...
suffisant pout géner un electrosensible à proximité immédiate.
Voilà pourquoi elle est bien pour la chambre voisine (très bon eclairage)...
mais pas pour la chambre de la personne électrosensible !
 


Toujours dans l'éclairage,
il existe aussi la "lampe tempête de Monsieur Dietz" des pionniers américains
Elle fonctionne à l'huile de Coprah (Huile de coco)
Le réservoir de 0.8 litre fourni 26 heures de fonctionnement environ. Nous l'utilisons parfois dans la cuisine.
Ce système est bien aussi pour l'extérieur, car peu sensible au vent...
mais cette lampe est peu éclairante... et donc pour lire, elle peut repasser !


La lampe est vendu par Nature et Découverte
qui vend aussi les mèches, verre de rechange
et de l'huile de paraffine (plus de l'huile de Coprah) ou sinon ici pour l'huile de Coprah et ici pour de l'huile de Palme;
préferer les huiles à bas Indice d'Iode
(ie : les plus saturées possible) ou sinon la paraffine - voir ici pour approfondir

Pour lire, rien ne vaut ...

la bougie !!!
(pour manger, un repas aux chadelles c'est chouette aussi !)

Elle éclaire bien, sur la table du salon... voire au lit, comme du temps de nos arrières grands-parents
Attention dans ce cas aux précautions en matière de sécurité.
(torchon pour étouffer les flammes, bouteille d'eau à côté)


Cela a un petit côté Georges de La Tour...


Pour la chambre d'un enfant électrosensible, ou pour davantage de sécurité,
vous pouvez opter pour la lampe au gaz, comme pour le camping !




 13  - Un élément perturbateur tout à fait surprenant : le reveil à quartz !
Sa présence perturbe le someil de mon épouse. Nous l'enlevons de la chambre...
... ce qui a comme effet de bonnes nuits de sommeil .
Le reveil est à pile, donc en courant continue ... rien ne devrait donc se passer !
Je mesure... surprise : le champ magnétique varie au rythme de la trotteuse... 
passage toute les secondes de 0.05 micro-resla à 1.7 micro-tesla !
(remarquez
les impulsions sur l'écran du testeur)

Le réveil à quitté la chambre, au profit - temporairement - d'un téléphone en mode avion et de sa fonction réveil !
Depuis, mon épouse se souvient de ses rèves...

Et avec une montre... c'est pareil !
voir la petite video en cliquant sur l'image !
 
Avec la montre, on monte jusqu'à 0.7 micro-tesla...
... ce qui est très significatif pour un electrosensible.

Après quelques semaines, et une amélioration notable dans la chambre
nous avons identifiés que les basses fréquences du portable qui sert de réveil restent perturbatrices,,
même à une distance de 2 ou 3 m. Le portable qui sert de réveil, en mode déconnexion, est maintenant éteint.
A l'heure du réveil, le portable se rallume et sonne.

Cela prouve en passant que le portable éteint... n'est en fait pas éteint. L'horloge et quelques fonction restent sous tension.
La preuve, sa fonction réveil fonctionne. Pour l'éteindre complètement, il faudrait enlever la batterie...

Il en est de même des smartphones en mode avion. Le réseau est coupé, donc plus de hautes fréquences...
... mais les basses fréquences subsiste !  Aussi, même en mode avion, nous le laissons hors de la chambre durant la nuit.

Après ces modifications, le sommeil est de nouveau profond.

Je résume : pièce calfeutrée (couverture de survie, moustiquaire) + plinthe sans aucune tension (coupure au général)
+ un unique portable qui se rallume pour le réveil = sommeil profond (sous les 0.05-0.06 V/m en permanence, et moins au niveau du sol)
Il ne reste plus qu'a améliorer le calfeutrage et s'équiper d'un reveil mécanique... ce qui a été fait !



Tout se passe comme si la pollution s'était construite par couche : les hautes fréquences se surajoutant aux basses fréquences.
En "se dépolluant" des hautes fréquences après avoir mis en oeuvre les protections nécessaires,
le corps identifierait enfin les pollutions basse fréquences, beaucoup plus permanentes et insidieuses.

Cela reste bien sûr une hypothèse.. à vérifier avec d'autres personnes électrosensibles.

Comme garde-temps... nous avons ressorti les montres mécaniques ou automatiques des parents et grands parents.
Après une remise en état et un nouveau bracelet... nous avons un outil qui donne l'heure sans ondes !

Ici une jolie Omega Seamaster 30 "vintage" !


 14  - Le traitement de la salle de bain... se fait avec une couverture de survie sur tringle.
Le résultat est satisfaisant, la pièce devient supportable.

... mais mise à la terre avec des pinces crocodiles sur la photo s'est révélée inefficace (à cause du plastique de la couverture),
seul l'effet écran de la couverture est interessant.

 15  - Reste à traiter une zone très émettrice dans le salon...
qui provient vraisemblablement d'une émission WiFi ou téléphone sans-fil domestique (DECT) de la pièce du dessous.
la pose d'une couverture de survie sous un tapis en vient à bout en quelques minutes.
Nous passons de 0.24 V/m à 0.06 V/m



Cette partie du salon, précédement pénible, est maintenant supportable.

Après quelques semaines, ce type de fonctionnement a été étendu.
Le confort du salon en est grandement amélioré.
Et puis, vous pouvez avoir des tapis pour moins cher que de la moquette !

Une précaution : prévenez vos voisins ! En effet, la couverture de survie est un écran certes...
mais renvoi logiquement vers eux une partie de leur pollution électromagnétique, par effet miroir.
Le champ électromagnétique est ainsi certainement augmenté chez eux : circuit aller ... + retour


 16 - nous essayons le CMO (Compensatory Magnetic Oscillator = Oscillateur Magnétique de Compensation)
Il y a les arguments pour ici (video) et là (pdf), et des mises en garde ici (legifrance)ici (recherchez CMO dans la page) , et la réponse là.

Il semble que cette technologie soit simplement liée à la mémoire de l'eau, sujet très controversé.
Il s'agit a priori d'une solution saline exposée à des ondes electromagnétiques, et stockée dans un dispositif en plastique.
Nous n'avons rien à perdre (à part quelques euros) ... et le test n'est pas probant !



 17  - Comme au travail... nous avons mis en place un "déchargeur".

L'objectif est d'éliminer l'accumulation de charges électriques du corps de l'électrosensible, en le mettant à la terre !

Ce dispositif procure un grand soulagement à mon épouse.
5 minutes suffisent ... et il n'en faut pas plus !
Nous le considérons comme très important,
car il sert aussi a mettre des équipement à la terre, surtout en voyage.

Dispositif artisanal : montage avec support conducteur
(la couverture de survie n'est conductrice que sur sa face argentée !)
+ pince croco + prise mâle avec connecteurs neutre et phase sciés


Côté couverture : mettre les pieds dessus,
et se mettre sous la couette !
Utile pour se décharger quelques minutes après une journée perturbée

côté branchement à la prise de terre...
... avec connecteurs neutre et phase coupés !
Ce dispositif marche aussi pour mettre des carcasses de lampes à la terre !

En reliant la paince crocodile à une bassine de cuivre à la place de la couverture de survie,
les pieds dans la bassine, l'efficacité est bien meilleure, et le bien-être beaucoup plus rapide.
En effet, d'une part
le cuivre est très bon conducteur et la couverture de survie contient du plastique isolant sur sa partie dorée.
La couverture de survie sera inefficace si vous mettez la pince croco sur la partie dorée !
Si vous utilisez une couverture de survie, il faut mettre la pince croco sur la partie argentée qui est (souvent) conductrice !
Attention !
avec certaines couvertures de survie, la mise à la terre ne fonctionne pas !
Une solution qui fonctionne bien mieux : une moustiquaire en aluminium.


L'idéal serait surement de disposer d'une plaque de cuivre,
plus facilement transportable qu'une bassine, la couverture de survie se revelant inefficace.
Une plaque en acier ajourée est également un bonne idée

Ce dispositif est sécure : seule la terre est reliée de part et d'autre...
d'un côté à la prise de terre, de l'autre à la pince croco.
Attention ! pour la pince croco, assurez-vous que vous avez les outils pour la monter (voir ci dessous !)

Côté couverture : pince croco

Connecteurs neutre et phase coupés
(montage plus sécure qu'une pince croco sur la fiche terre)
... et la terre est elle-même reliée au disjoncteur 30 mA du tableau électrique
(les prises de courant avec terre et les disjoncteurs ont été posé par un electricien serieux).

Afin de palier les risques d'electrocution en cas de mauvaise manipulation
(le 220 V qui toucherait accidentellement la terre, ce qui est improbable avec un connecteur,
mais possible avec une pince croco sur la fiche de terre),
il est préférable d'
intercaller une resistance de  1 Megohm entre la pince croco de la couverture et le connecteur
(
cachée dans le connecteur, ou mieux : idéalement placée comme ici :
 http://ordinatique.com/2009/09/06/fabrication-dun-bracelet-anti-statique/ 
).
En cas d'accident, on
serait alors traversé par un courant d'intensité faible : I = U/R = 220 V / 1 000 000 Ohms = 0.22 mA.

La prise de terre a été préalablement vérifiée avec un testeur de terre !

testeur de terre =
3 diodes allumées  + test terre avec disjoncteur

disjoncteur tableau.
test avec testeur : disjoncte bien quand on teste  !

***
Pour les pinces crocos

pinces croco + connecteurs + outillage pour connecteur pince croco

Au fait ! le testeur nous a permis de voir que dans un bel immeuble hausmanien ou nous allons quelquefois...
... il n'y a pas de terre dans les appartements ! !

Le Responsable du Conseil syndical a été prévénu de cette "anomalie"
Aucun électricien ne l'avait prévenu lors des travaux précédents... étonnant non ?



 18  - Un tissu coton/métal ou polyester/métal de secours, si votre tissu principal est momentanément indisponible.
Ce tissu est important, puisque il vous sert dans les magasins, au resto, en voiture, dans les transports !

C'est un investissement que nous considérons comme indispensable.

Nous avons opté pour un tissu Swiss shield naturell de secours
(39 €/m2).

Plutôt que dans un tiroir, il sert dans la pièce restante la plus exposée à l'antenne relais extérieure,
laquelle emet (ce jour là ?) particulièrement fort : 0.35 V/M dans la pièce !
Avec le tissu sur le mur, le niveau de pollution électromagnétique est fortement descendu, de 0.37 V/m... à 0.11 V/m !


MUR SANS TISSU

MUR AVEC TISSU

Le mur ainsi protégé est beaucoup plus élégant (et plus couteux) qu'avec une couverture de survie.
Mais il ne faut pas perdre de vue sont utilisation en backup de la couverture existante.
L'accroche se défait facilement, en cas de besoin de la couverture de secours !

Ce dispositif qui fait écran protège une grande partie de l'appartement,
et apporte une amélioration importante. 


 
 19 - Un "semi-baldaquin" artisanal économique...
pour passer dans la zone de couchage....
... de 0.07 V/m ... à moins de 0.04 V/m

Il s'agit de se protéger du rayonnement "excessif" de la pièce,
en se protégeant grace à un écran de surface maximale,
tout en laissant passer l'air sur les côté (ce n'est donc pas une cage de Faraday)...
... et permettant de lire le soir à la lueur de la bougie.

Le système est replié durant le jour,
car il est alors possible de se protéger dans la chambre avec un tissu adhoc.

Ce système est relativement efficace si la pièce est préalablement traitée (voir plus haut en n°10).
Pour aller plus loin, lit à baldaquin ou peinture carbone peuvent etre des solutions... (non testée personellement)






20 - Un "baldaquin" artisanal économique...
pour passer dans la zone de couchage....
... de 0.07 V/m ... à moins de 0.02 V/m !

Le semi-baldaquin précédent, si il pouvait facilement se ranger durant la journée, donnant à la chambre un aspect "normal",
n'était pas suffisant durant la nuit (endormissement difficile). Le nouveau montage a plusieurs avantages :
- être plus efficace durant la nuit (l'endormicement est quasi immédiat, la nuit plus réparatrice)
- être efficace de jour, l'espace sous la tente étant assez vaste et permettant de se livrer à ses activités (études, lecture...)
- être beaucoup moins cher : tente à moins de 100 € contre plus de 1000 €
pour un baldaquin "tout fait" du commerce.

Pour que la protection soit efficace, il faut que la zone soit complètement entourée par des écrans (cage de Faraday) :

les moins de 0.02 V/m sont à ce prix !

Tout est entouré de couverture de survie, sauf l'ouverture, rendue étanche grâce à un tissu Swiss shield naturell tendu durant la nuit
 (plus confortable côté aération, luminosité qu'une couverture de survie qui est par ailleurs bruyante)

Réalisation très rapide en 3 étapes

1) le sol
poser la couverture de survie sur le sol, face argentée vers le sol, face dorée vers le plafond, puis placer les tatamis sur la couverture de survie
2) la tente
monter la partie toile de la tente,
puis installer les futons dans la tente.
Le tout est placé sur les tatamis.
3) les protections
placer les couvertures de survie, couvertures carbone ou tissus métalliques sur la tente, de manière à obtenir le champ electrique le plus bas possible à l'intérieur (ici inférieur à 25 mV, sous le seuil de détection du Cornet ED25G)


 21  - Pièces humides sans tension induite de jour
Mesure de la tension induite grâce à un multimètre (ex :OHMTEC 254089) en position voltmètre

Cuisine : coupure en journée des équipements et prises de courant émetteurs de tension induite
(ex : réfrigérateur hors tension lors des repas, disjoncteur coupant certaines plinthes en cuisine durant la présence de l'electrosensible)

Salle de bain : équipements métalliques en équipotentielle de terre :
mise à la terre de la baignoire (et
protection murale supplémentaire)


 22  - Ordinateur portable sans tension induite
Mesure de la tension induite grâce à un multimètre (ex :OHMTEC 254089) en position voltmètre

Un ordinateur portable alimenté par un câble d'alimentation sans prise de terre est susceptible d'emettre un champ électrique fort.
Si tel est le cas, le faire fonctionner sur batterie pour qu'il n'emette plus.
Alternative : le relier à la terre via une prise USB (pour construire un tel câble, voir tuto)
Bilan : Asus : on passe de 250 v/m (secteur sans alim terre), à 3 V/m (usb/terre), à 1 V/m (sur batterie)
En revanche, un HP récent possédant une alim avec terre donne 1 V/m dans tous les cas.
Bref : choisissez un ordinateur qui a un cordon d'alimentation avec prise de terre... et vérifiez !


 23 - le badaquin pour la sauvegarde absolue du sommeil.
Avril 2017.... c'est fait !

Après 5 mois passé sous une tente, en guise de baldaquin très économique (< 350 €) et efficace (< 7 mV/m) ; Voir plus haut
Nous avons sauté le pas et investi dans un baldaquin.


Le progrès est important, car avec le modèle installé (Silver Tulle, qui peut se mettre à la terre),
en plus de l'élimination des hautes fréquences, nous avons éliminé les basses fréquences.
Pour les personnes sujettes aux allergies, preferez  le Naturell Swiss Shield si la mise à la terre n'est pas une nécessité
(par ex : pas de basses fréquences provenant de l'étage en dessous)

Le métal du baldaquin est recouvert d'un film plastique (laque de polyuréthane pour le tissu Naturell Swiss Shield)

Voir à ce sujet le pdf téléchargeable au lien suivant :
LE BALDAQUIN : UN OASIS POUR ELECTRO HYPER SENSIBLE (EHS)
Ces pages vous montreront toute les subtilités de l'installation (contexte, accroche, mise à la terre...)
On arrive au final à un champ electrique 4 à 5 mV/m (7 mV/m au maximum),
bien qu'étant sous le feu d'antennes relais et de faisceaux hertziens situés à proximité.
En cas de besoin (pour vous protéger des basses fréquences provenant de l'étage en dessous),
utilisez  
une moustiquaire en aluminium pour une mise à la mise à la terre efficace du couchage sous le lit.
(Attention, avec certaines couvertures de survie, la mise à la terre via la face argentée ne fonctionne pas)
L'intérieur est assez spacieux pour servir d'espace de travail.


* * *



Et en résumé, après 5 mois, quel retour ?
avril 2016, après 5 mois d'action

1 - Quelles étaient les conditions antérieures à l'electrosensibilité :
Un environnement chargé (DECT domestique, 2 antennes relais à 200 m, WiFi, portable)
et certainement une perméabilité / sensibilité plus grande à l'environnement extérieur...

2 - Quels ont été les facteurs vraisemblablement agravants et/ou déclenchants :

Installation de Caméra WiFi depuis l'hébergement d'une parente début 2013
Installation domotique ensuite : détecteurs présence, fumée, etc...
Nouvel environnement de travail depuis mi 2013, avec usage quotidien d'un DECT
Dégradation progressive, jusqu'à la prise de conscience mi 2015 (cf plus haut).
2 ans à 2 ans et demi ont suffi pour engendrer une electrosensibilité forte à partir d'un état initial sans symptômes identifiés.

3- Quels ont été les conséquences des actions d'amélioration ci-dessus ?
Mettre des mots sur son ressenti et le partager avec un proche est essentiel pour progresser sur le chemin de l'amélioration.
Depuis la limitation des perturbations (DECT, WiFi, mode avion...),  les substitutions d'usage (
réveil mécanique, éclairage partiel bougie)
la mise en place de protections (couvertures de survie, tissus, moustiquaire...) et de soins (déchargeurs) tant au travail qu'au domicile,
 la dégradation a cessée, et les améliorations sont notables. Les facteurs alimentaires peuvent améliorer.
L'électrosensibilité persiste cependant, avec une sensibilité aux perturbations très importante :
la détection du courant dans les plinthes, la détection d'un rayonnement dans une pièce (éclairage, portable...),
la détection d'une antenne relais dans la rue font partie du quotidien et suffisent à dégrader l'état.
La détection d'un environnement perturbé est rapide
quelle que soit la fréquence, et engendre une gêne ou une souffrance.
(Au minimum maux de tête, perte de sensibilité dans les bras, et douleur.)

Quand la perturbation a cessée (suppression ou éloignement), le retour à une situation confortable est lent :
de 5 min à une journée en fonction de la puissance de la perturbation, de la durée d'exposition,
et de l'existence d'un environnement qui permette de décharger. La situation est devenue temporairement stable.

4- Quelle est le déroulement type d'une journée aujourd'hui :
Situation saine en début de journée (environnement nocturne protégé),
puis légère augmentation durant le trajet domicile travail (vélo),
puis, au travail, en fonction de l'environnement rencontré  :
diminution (en 2h ; cas favorable) ou augmentation (si portable ou WiFi au voisinage ),
réaugmentation durant le trajet de retour, et augmentation éventuelle en fonction d'autres activités (ex : courses),
puis diminution au domicile (l'utilisation du déchargeur - 5 min - dans la pièce la plus saine - voir plus bas -
et le repos dans la chambre assainie induit couramment un retour à la normale en 30 à 45 min)

Et après 12 mois, quelles améliorations ?
novembre 2016, après 1 an d'action

5- Quatre évolutions ont apportés des améliorations décisives :

A - l'identification, le traitement ou l'éloignement des zones 50 Hz à risque de manière systématique :
- la coupure au disjoncteur principal de l'alimentation électrique des zones vitales
(chambres,
certaines plinthes et zones avec prises de courant...)
ou des équipements perturbateurs durant le moment ou l'electrosensible est présent dans la pièce
(frigo, lumière dans la salle de bain
).
- l'éloignement physique de la cuisine lors de l'utilisation d'une bouilloire ou d'un four micro ondes.
- l'éloignement des tiers utilisant un appareil perturbant (mixeur, et bien sûr rasoir electrique)

B - La mise à la terre des carcasses métalliques des lampes : au bureau et à la maison, partout ou cela a été possible,
en modifiant si nécessaire le branchement de l'interrupteur (poire) afin qu'il coupe la phase et non le neutre !
Ce point donne un confort à tous et rend vivables des pièces qui ne l'étaient plus ! Le 50 Hz pollue beaucoup moins.

C - la réalisation d'un lit à badaquin type "cage de Faraday" avec une tente et des couvertures de survie.
Le baldaquin partiel (avec un dais) a été un progrès, mais insuffisant
cependant pour une personne très touchée.
Le montage avec une tente permet un sommeil sans interruption et une récupération certaine !

D - anticipation et protection : le renforcement de l'utilisation de protection dans et en dehors de la maison dans les transports,
en évitant avec soin les zones les plus perturbées (surtout à pied car la fuite est plus lente),
et en choisissant au préalable les zones de vacances les plus adaptées
(en mixant les infos
de Airbnb et de Google map pour le choix , de cartoradio pour les ondes, de geoportail pour le relief) :
usage systématique du bandeau ou chapeau, doublé avec la cape en tissu swiss shield naturell, 
dans la voiture ou à vélo.
Casquette en construction.


Les nouveaux appareils de mesures ont montrés leur utilité à cette occasion (mesureur moyenne fréquence, multimètre)


Et récemment, après 1 an 1/2, quoi de neuf ?
avril 2017, après 1 an et 5 mois d'action

La situation est stabilisée, mais montre que la moindre perturbation entraine des effets majeurs,
et notamment des palpitations cardiaques, des crampes et souffrances musculaires.
Nous continuons donc à améliorer notre environnement et nos comportements.
La tête est systématiquement couverte, même en intérieur (sauf sous le badaquin).
Après une perturbation, une douche ou l'utilisation du déchargeur permet un retour plus rapide à l'équilibre.
En mobilité, à pied, en vélo ou en voiture, l'utilisation du tissu est systématique, même sur des courtes distances,
Des améliorations sont encore possible de ce côté là, avec des vétements à venir (achat ou conception personelle).


Une évolution majeure : le
lit / espace sous  badaquin.
Le baldaquin réalisé avec une tente aura été utilisé 5 mois, et fut un progrès majeur.
Objectivation de ce progrès majeur : un electroencephaloscan normal !
le 1er electroencephaloscan (06/01/2016) nous a surtout permis d'objectiver l'electrosensibilité
le 2ème 
electroencephaloscan (17/11/2016) a marqué une absence d'agravation... mais hélas une absence de progrès.
Il a été le phénomène déclencheur à l'installation de la tente baldaquin
le 3ème
electroencephaloscan (09/05/2017) a objectivé l'immense progrès induit par la tente baldaquin.
Mais ce montage à demeure à 2 inconvénients :
1 - l'exiguïté n'est pas idéale pour la lecture ou pour un travail d'étude qui demande place, luminosité et concentration
2 - les basses fréquences sont encore ressenties, même en coupant l'electricité dans la chambre

Après 5 mois, nous sommes donc passé à l'étape suivante : le lit / espace sous baldaquin.
Nous avons investi dans un vrai baldaquin, avec suppression des basses fréquences par mise à la terre du baldaquin en silver tulle (les fibres métalliques de ce tissu ne sont pas enrobées de matière plastique, et le tissu, conducteur, peut donc se mettre à la terre, ce qui n'est pas le cas du swiss shield qui ne stoppe que les hautes fréquences, et est donc plus adapté aux vétements ou aux rideaux). Une protection cathodique du baldaquin est possible. Les améliorations du confort de vie sont très importantes !

Cela étant, le montage avec le "baldaquin tente" reste une excellente solution en
 déplacement, du fait de son montage très rapide.
Nous avons utilisé l'ensemble : "couvertures de survie sur sol + tente + couvertures de survie au dessus + tapis de sol et sac de couchage"
Nous l'avons utilisé notamment dans la famille, hébergés dans une pièce vide, dans un appartement où l'electrosmog était violent.
Résultat très efficace : nous avons passé une très bonne nuit !
Sinon, lorsque nous sommes en villégiature dans une zone très faiblement perturbée,
nous nous contentons de couvertures de survie pour faire écran aux zones les plus émettrices.

L'etape suivante concernera la poursuite de l'agrandissement de l'espace "zone blanche" de l'appartement,
l'amélioration en situation de mobilité (bandanas, gants...) et la la prospective anti-linky....



F - Quelques jokers si nécessaire


 1 - la capuche , le voile, ou même le survetement pour les transport, la vie associative, les réunions.
Il existe aussi des gants spéciaux... mais ils ne vont pas jusqu'aux coudes, particulièrement sensibles
Ces éléments coûtent chers... alors nous avons utilisé une casquette du commerce agrémentée d'un voile en swisshield.
Nous investirons très prochainement dans les éléments les moins couteux et les plus efficaces pour la mobilité.
Pour les gants, nous allons les faire nous-même...

à suivre...

 2  - les rideaux pour protéger de manière esthétique le mur d'une pièce ou une fenêtre.
Le tissu de secours peut servir momentanément à cet usage... car tous ces tissus sont couteux !
Un investissement futur, car une partie du salon est soumis à une 2ème antenne relais,  plus éloignée et moins émetrice que la première
Certainement un prochain investissement

 4  - La peinture noire acrylique sans métal à base de carbone, pour la protection des murs avec mise à la terre,
y compris contre les basses fréquences, comme la Yshield HSF54. Il faut ensuite quelques couches de blanc par dessus.
Nous y avons pour le moment renoncé, à la vue du rapport coût / efficacité qui nous a été remonté. A suivre... 

 5 - l'interrupteur automatique de champ (IAC), qui coupe le circuit électrique en l’absence de consommation.
Voir un autre lien IAC ici.

 6 - les filtres anti-linky....
Ils commencent à fleurir, et nous avons notre petite idée, prochainement mise à execution...
... nous en ferons part une fois installés ! ... à suivre...

7 - A l'extrême, le transformateur d'isolement qui assure la séparation électrique du réseau de bord par rapport à l'alimentation EdF...
... nous vivrions alors comme sur une péniche... mais nous n'en sommes pas là ! De plus, cela ne serait pas forcément bon côté basses fréquences.





Mesurer - les instruments de mesure - les équipements

Objectiver, anticiper, pallier : les instruments de mesures

Afin d'objectiver au mieux,  dans le but d'anticiper ou de pallier les difficultés futures,
de mesurer l'état des lieux (et se protéger), l'efficacité des améliorations et des optimisations (lit à baldaquin)
nous avons investi dans des équipements de mesure

détecteur BF
30 €
OHMTEC 254089 et son Kit
70 € (aussi pour financer cette association !)
Testeur de terre VT35
20 €
TES 593
500 €
Cornet ED25G... et ME3830B
90 € ... + 220 €
il existe d'autre appareils
 comme celui là (ESI24)

Personellement j'ai opté pour des solutions économiques :

Le Cornet ED25G qui mesure les basses fréquences, de 50 Hz à 15 Khz (sensibilité 0,1 µT)
et les hautes fréquences, de 100 MHz à 3 GHz (
sensibilité 25 mV/m)
Très bon rapport qualité prix et ideal pour un premier achat. Nous sert au quotidien.
90 €


Le testeur de terre VT35, afin de tester l'existence d'une terre et son branchement,
tester le disjoncteur, et identifier la phase pour positionner un interupteur par exemple
20 €

ensuite, des équipements utiles pour dépolluer un environnement


le GigaHertz Solutions ME3830B qui mesure les fréquences de 16 Hz à 100 kHz.
Utile pour les lampes, yc compris les basses consommations non détectables avec le cornet.
Plus précis que le Cornet pour les basses fréquences (ex : un frigo) et doté d'une émission sonore
220 €


le multimètre OHMTEC 254089 et son kit
surtout utile pour des mesures de tension induite... et d'autres mesures d'electricien !
70 €


Il existe d'autres appareils, plus chers, dont un électrosensible peut s'équiper


Comme alternative, en matériel de base
(non testé)

Un détecteur d'ondes électromagnétiques ESI24
qui peut être interessant pour detecter sans les mesurer toutes les ondes simultanément :
champ magnétique (
nT) : 16Hz à 3kHz, champ électrique (V/m) : 16Hz à 3kHz, Hyperfréquences (V/m) : 50MHz-10GHz
240 €

Pour approfondir, dès qu'il faut louer ou acheter un logement, surtout pour les personnes les plus touchées

 Extech EXT480846 ou TES 593
Mesure de champs électromagnétiques : 10MHz - 8GHz. avec une forte sensibilté : Résolution (V/m; T) :  0.1mV/m
Interessant quand on cherche à descendre sous les 20 mV/m (ex : viser moins de 5 mV/m pour une personne très touchée)
Respectivement 640 € et  520 €/600 € (étalonné)

Mesureur de terre Catohm ou Catu DT300
pour mesurer la terre des habitations, terre qui doit être la plus faible possible (ex : 20 à 50 Ohms)
Utile pour acquerir ou louer un logement adapté
310 €

Mesureur de basses fréquences ME3851A Gigahertz
Champs électriques et champs magnétiques dans une large bande de 5 Hz à 100 KHz
390 €


Enfin, il existe des équipements professionnels beaucoup plus chers, comme les analyseurs de spectre,
Louer plusieurs appareils peut être intéressant pour identifier les fréquences et les sources qui perturbent l'électrosensible.


 Ces analyseurs de spectre couvrent des bande de fréquence étendue, idéalement de 1 Hz à 100 GHz.
Ces appareils sont chers (
budget d'achat bien supérieur à 5000 €  pour toute la gamme de fréquence)
exemples : Gigahertz Solutions HFEW3 5C, à 1000 €  pour une plage de fréquence réduite : 27 MHz - 6 GHz,
ou le SPECTRAN HF-60100 V4, à 1800 € pour une plage de fréquence un peu moins réduite : 1 MHz à 9.4  GHz,
ou encore le GW Instek GSP-830 ou GSP-9300, de 4000 à 8000 € pour une plage de fréquence assez étendue : 9 kHZ - 3 GHz.


L'interprétation des mesures

Les appareils de mesure ne donnent pas forcément les mêmes résultats... et c'est normal !
Il faut savoir interpréter les résultats. Voici quelques clés ....

La mesure dépend de la gamme de fréquence à laquelle s'intéresse l'electrosensible pour les éviter ou s'en protéger.
Les fréquences des champs electromagnétiques ne sont pas perçues de la même manière
et
n'ont pas le même effet sur le corps, selon qu'il s'agit :
- de basses fréquences (le 50 Hz des fils électriques)
- de moyenne fréquence (les 50 à 150 kHz d'une lampe basse consommation ou d'un compteur Linky)
- de haute fréquence (les 900 Mh à 10 GHz des mobiles, antennes, DECT, WiFi., etc...)
- du mélanges de celles-ci (le coktail d'ondes), le champ qui résulte de la totalité de l'electrosmog
étant la résultante de tous les champs de toutes les fréquences.

La résultante que donne un appareil de mesure est une combinaison des différentes fréquences qu'il capte et mesure.
Si l'appareil ne capte pas certaines fréquences, il ne pourra pas les mesurer, et les intégrer dans le calcul de la résultante.
Un appareil va donc forcément SOUS-ESTIMER l'electrosmog global.

un petit schema et un cas concret pour illuster cela.

Commençons par le schéma

Voilà tout d'abord un spectre tel que le fournit un analyseur de spectre

Comme vous le voyez, il n'y a pas une valeur de champ,
mais plusieurs valeurs, une par fréquence, sous forme graphique...
... bref, c'est compliqué !

Ce schéma peut se simplifier et s'expliquer de la manière suivante :

La courbe en rouge est le spectre, comme dans le schéma précédent,
et chaque rectangle est la partie que mesure un appareil donné
Dans cet exemple :
Appareil 1 : le Cornet ED25G, qui mesure les basses fréquences (à gauche) et les hautes fréquences de 100 MHz à 3 GHz.
Appareil 2 : GigaHertz Solutions ME3830B ; qui mesure les basses et moyennes fréquences de 16 Hz à 100 kHz.
Appareil 3 : TES 593 ; qui mesure les hautes fréquences de 10MHz à 8GHz

Prenons en exemple les hautes fréquences (partie droite de la courbe rouge : la 3ème bosse).
Cette 3ème bosse correspond aux fréquences des antennes relais, des téléphones mobiles, des téléphones sans fil (DECT), du WiFi, du Wimax...

On voit que :
- l'appareil 3 voit presque toute la 3ème bosse
- l'appareil 1 ne voit que la moitié de la 
3ème bosse
- l'appareil 2 ne voit rien du tout de la 3ème bosse.

Quand ces appareils donneront une mesure des champs électriques hautes fréquences,
- l'appareil 3 donnera une grande valeur (ex : 7.3 V/m)
- l'appareil 1 donnera une valeur plus faible
(ex : 1.3 V/m)
- l'appareil 2 ne voit rien du tout de la 3ème bosse,
et si tout ce qui devait le concerner (la 2ème bosse) est éteint, il ne verra rien et indiquera 0.



Prenons maintenant un exemple concret.

L'exemple concerne la mesure du champ electrique d'un téléphone sans fil (un DECT).
Le DECT est le pire que vous puissiez avoir dans une maison (c'est l'usage du DECT qui a rendu mon épouse electrosensible)

Les mesures ont été faites dans une maison en province protégée par le relief,
où toutes les sources d'émissions identifiables avaient été préalablement desactivées (WiFi, téléphones mobiles),
ce qui explique le très bas niveau de champ electrique atteint après la coupure du DECT.

Les mesures sont effectuées avec 2 appareils :

A : le Cornet ED25G, qui mesure les hautes fréquences de 100 MHz à 3 GHz.
B : le TES 593, qui mesure les hautes fréquences de 10MHz à 8GHz.

Image du haut : DECT alimenté et enlevé de son socle (le telephone et la base communiquentt entre eux)
Les mesures donnent :  avec A :  1310 mV/m et avec B : 7242 mV/m

Image du bas : DECT éteint, piles téléphone enlevées
(pour que le telephone ne cherche pas à detecter le socle !)
Les mesures donnent :  avec A  : 27 mV/m  etavec B : 1.8 mV/m






Expliquons maintenant les mesures et les différences :

A : le Cornet ED25G (appareil de gauche)

- sa gamme de fréquences ne couvre pas la zone 10 MHz-100 MHz, ni la zone 3 GHz-8 GHz. Il ne peut mesurer toutes les perturbations ni leurs harmoniques, et sous estime donc l'electrosmog.
- la descente sous le seuil de 26-28 mV/m indique que nous atteignons une zone presque confortable.  L'appareil ne descend pas en dessous.
- l'appareil ne mesure rien en dessous des 25 mV/m et ne saura donc pas distinguer une bonne zone (25 mV/m), d'une quasi zone blanche (5 mV/m), mais le prix de l'appareil est plus faible, et le rapport qualité/prix est excellent car si sa plage HF est réduite, il mesure aussi les BF.

B : le TES 593
(appareil de droite)
- sa mesure intègre une vaste zone de fréquence. La mesure est donc logiquement plus élevée qu'avec le Cornet : on passe de 1.3 à 7.2 V/m, ces valeurs sont énormes (un EHS part en courant !).
- la mesure est certainement encore sous estimée, car les basses fréquences (ex : le 50 Hz) lui échappe, ainsi que les très hautes fréquences (ex : faisceaux hertziens).
- il  sait descendre à 1 mV/m (zone blanche) et detecte donc la forte amélioration après la desactivation du DECT : on descend sous la barre des 5 mV/m. Ce chanp est confortable pour un EHS.
- On remarque qu'entre le DECT allumé ou éteint, on détecte avec le TES un facteur de plus de 4000 (plus proche de la réalité que le facteur 50 détecté par le Cornet).
- Un electrohypersensible doit s'équiper à terme d'un appareil dans cette gamme de prix pour idendifier les zones blanches dont il a besoin pour se ressourcer.


Conclusion : que retenir de tout cela ?

Mesurer, à quoi cela sert ... quelques exemple !
A identifier pour s'orienter : je ne suis pas bien, et la mesure augmente, je me sens mieux et la mesure diminue :
j'ai donc un appareil qui peut me servir à detecter précisément la perturbation : ou elle est, voire ce que c'est... de manière à m'en protéger,
ou encore à détecter la perturbation même quand je suis saturé et que je ne sens plus rien !
Ainsi la mesure permet de confirmer à soi même et à son entourage de la réalité des perturbations !
A améliorer : je cherche à améliorer mon espace, je fais tel changement, et la mesure baisse, je suis sur la bonne voie.
C'est comme cela que par tatonnement successif, nous sommes arrivé à avoir un environnement sain dans la zone de couchage
(reposant, avec systématiquement moins de 8 mV/m), en optimisant la manière d'isoler, de poser telle couverture, avec telle orientation...
L'amélioration obtenue est énorme, d'où la nécessité de s'équiper.

Quant à l'optimisation sans appareillage (en ne comptant que sur sa sensibilité), elle est possible avec du temps mais TRES DIFFICILE.

A protéger son environnement : décontaminer très rapidement l'espace chez des amis pour la soirée ou pour la nuit (avec l'habitude, la décontamination est extrèmement rapide). Se protéger, c'est aussi identifier grâce aux appareils une résidence  à louer ou acheter en minimisant le risque de se tromper.

La valeur mesurée est elle essentielle ?
La valeur absolue en elle-même, pas tant que cela, mais il est important d'avoir des points de repère et ne pas changer perpétuellement d'appareil.

Ainsi, la mesure des champs électriques hautes fréquences avec le TES 593
donne des résultats en moyenne 3 fois plus élevés que le Cornet ED25G.
La valeur du TES est plus
proche de la réalité, mais sous estime certainement l'electrosmog.
La quasi totalité des mesures hautes fréquences figurant sur cette page ont été réalisé avec le
Cornet ED25G.

Le plus important est ce que l'on ressent. La correlation de ce que l'on ressent avec ce que donne un appareil sert ENSUITE à optimiser...
Quand on ne se sent pas bien et que l'on ne mesure pas de différence, c'est que l'appareil n'est pas adapté. au contexte
Avec l'expérience, pour peu qu'on ait plusieurs appareils, on choisi le plus adapté en fonction du contexte, et la valeur mesurée nous renseigne sur les dangers spécifiques que nous n'aurions pas identifiés au départ (ex : une antenne relais, une installation non à la terre...)

* * *

Quelques liens

mesure de champ éléctrique et de champ magnétique (sites commerciaux)
http://www.electromagnetique.com/  , http://www.puremaison.fr/ , http://www.geotellurique.fr/ , http://www.expercem.com/

essais réalisés par le site electrosmog, très complet et interessant
http://www.electrosmog.info/IMG/pdf/Appareils-Mesure.pdf


Exemples de sites professionnels
Pour analyser, louer, acheter : http://www.dimelco.com/francais/menugeneral/pagesmenu/index3.htm

site marchand : http://www.conrad.fr/ce/fr/overview/1114015/Analyseurs-de-spectre




Objectiver : un tableau en résumé
(basé sur la littérature)

Ce point a été capital au départ, pour d'abord comprendre, puis admettre que "l'electrosensibilité" (de mon épouse) puisse exister.
Elle complète le témoignage de l'electrosensible, en le "rationalisant", tant le septicisme peut être important au départ !.
Dire que tout cela est "dans la tête" est bien évidemment le premier reflexe... et c'est normal !
L'objectivation permet de passer d'une écoute empathique de simple témoin, au rôle d'acteur, moteur de l'amélioration.
En résumé, une attitude scientifique réelle [accueillir sans juger et expérimenter] est absolument nécessaire !
(Pour les non convaincus, pensez simplement à la manière dont ont été accueillies au départ les découvertes de Copernic/Galilée/Kepler)

* * *

Objectiver l'electrosensibilité, c'est savoir relier :
A - les sensations proprioceptives du sujet electrosensible
B - aux mesures ou expériences objectives sur les objets identifiés comme causes des perturbations

Les sensations dépendent du sujet, de la personne.. Il faut la respecter et donc la croire sur parole.
Comme personne n'est pareil, il faut donc étalonner pour la personne son électrosensibilité.
C'est ce que j'ai tenté de faire dans le tableau suivant.

Attention, celui-ci, bien que déjà à sa 3ème version, n'est qu'une ébauche. Il sera corrigé petit à petit (peu de temps pour cela),
en particulier grâce aux mesures in situ que nous effectuerons à l'aide des instruments dont nous disposerons,
et non plus seulement avec des valeurs tirées de la littérature.

Toujours est-il que j'ai dans ce tableau relié :
1 - des situations de perturbations, comme par exemple la présence d'un GSM en veille à une distance de 5 m
2 - à une sensations corporelle d'une personne particulière, graduée comme ci-après :

V/m µW/m2 Ressenti électrosensible Ressenti d'une personne électrosensible ; exemple
>28 >2 000 000 interdit légal La limite légale est de 28 V/m
>5 >60 000 dangereux Dangereux pour certains, et déjà impossible à vivre pour moi.
2-5 10000-60000 nocif Un appel GSM à 2 m : j'ai mal, je fuis ou je demande que ça cesse
0,5-2 600-10000 insupportable Un appel DECT dans la pièce ou un GSM à proximité  : fuite imminente
0,2-0,5 100-600 gênant, désagréable En cuisine, centrale active à 8m, frigo allumé : j'ai envie de partir
0,1-0,2 30-100 supportable Je me lève, centrale active à 8m, frigo éteint : c'est supportable
0,06-0,1 10-30 tranquille Je me couche, centrale éteinte, frigo éteint : je me sens bien.
<0,06 <10 insensible Je ne ressens aucune perturbation
<0,04 <5 nul objectivement et subjectivement : aucun impact

Attention ! ces valeurs sont indicatives et antérieures à l'acquisition de nos appareils de mesures.
Elles donnent cependant une indication sur la manière de procéder si vous n'avez pas les moyens d'en avoir un.
Les mesures effectuées ultérieurement avec mes appareils sont bien plus indicatives.
Souvenez-vous aussi que le meilleur détecteur est l'electrosensible lui-même !
(mon épouse détecte la présence d'une antenne relais et sa direction avant mon appareil !)
Pour objectiver, rien ne remplace l'appareil de mesure lui-même, avec plusieurs eccueils cependant :
- la plage de fréquence de l'appareil (très hautes fréquences et moyennes fréquences nécessitents des appareils spécifiques)
- la limite de sensibilité de l'appareil (en dessous de 0.03 V/M, mon Cornet ne detecte rien, mais mon épouse ressent des effets)
- la spécificité de l'electrosensible  : sa sensibilité intrinsèque, son vécu "electromagnétique" de la journée, sa fatigue

Pour détailler le tableau ci-dessus, quelques explicatons complémentaires :
de 0.5 à 1 V/m, "insupportable" signifie que le tissu est insuffisant. Seule la fuite est salutaire :
adieu les transports en communs, la WiFi, les DECT et certaines assemblées. Certain trajets,
certaines rues sont systématiquement évitées, comme si elles étaient empoisonnées. Nous testons les trajets de la vie quotidienne !
Faire les courses veut dire passer par tel endroit plutôt que tel autre ...
de 0.2 à 0.5 V/m, "génant désagréable" signifie que le besoin de se protéger est permanent.
Mon épouse prend systématiquement son tissu, mais peut rester un peu dans cet endroit (dans certaines assemblées par exemple).

de 0.1 à 0.2 V/m, "supportable" signifie que la gène est présente, mais que le bandeau peu suffire (certaines restaurants).
de 0.06 à 0.1 V/m, "tranquille" signifie que la gène est faible, mais mon épouse préfère prendre son bandeau.
Elle ne se couvre cependant pas avec le tissu. C'est le cas au domicile.
< 0.06
V/m "insensible" signifie qu'elle laisse son bandeau de côté. C'est le cas de la chambre, havre de paix.
Mais cette situation n'est pas suffisement confortable pour travailler et mémoriser des cours par exemple (il faut alors se couvrir)
 < 0.04
V/m "
aucun impact" signifie "aucun impact sur le moment".  Mon épouse peut presque faire une nuit continue une fois sur deux.
La détente musculaire totale est obtenue en vacances, dans un environnement que ne peut détecter mon appareil, donc < 0.03 V/m)


* * *

Cela étant dit, le tableau "indicatif" est ainsi le suivant
il reste quelques coquilles, mais il permet de se faire une idée

Il ne s'interesse pour le moment qu'au champ électrique E (en V/m), à la densité de puissance,
en fonction de la puissance de la source (en mW), et de la distance entre la source et la personne (d, en mètre)
Puissance Isotrope Rayonnée Équivalente (P.I.R.E.)
Les formules de calcul sont les suivantes (si vous souhaitez faire le votre sous excel) :
1) Champ électrique E (en V/M) =RACINE(PIRE/1000*30)/D
2) Densité Puissance (µW/m2) =1 000 000*(PIRE/1000)/(4*PI()*D^2)
Pour les explications des formules, voir le site :
www.electrosmog.info/IMG/pdf/Normes-HF.pdf


Les trois première colonne (intrinsèque), correspondent à une distance normalisée de 1 m
La partie environnée du tableau correspond aux situation de la vie courante (comme la notre !)

Quelquefois, les valeurs sont données en dBm, dépendante de l'appareil.
Exemple à droite pour le Cornet ED25G utilisés pour certaines valeurs du tableau

Les valeurs des puissance soulignées, à gauche, ne sont pas celles que l'on trouve dans la littérature,
qui sont des valeurs maximales (donc pessimistes), mais des valeurs recalculées donnant le champ électrique mesuré, plus optimistes et réalistes.
On passe ainsi d'une vision "au pire", à une vision "au mieux".
Exemple : lire "appareil WiFi min : 0.245 V/m à 1 m" signifie que vous vous prenez au minimum 0.245 V/m... ce qui est très désagréable pour un electrosensible.

d (m) Intrinsèque
source
Environné






1 E Densité P
distance d E Densité P Fréquence Protection Gain P.I.R.E. protection dBm (Cornet)
P.I.R.E. (mW) V/m µW/m2
m V/m µW/m2 MHz dB
mW

50 1,22 3 979 téléphone sans-fil domestique (DECT) à l'oreille 0,02 61 9 947 184 1880/1900



12
50 1,22 3 979 téléphone sans-fil domestique (DECT) 0,2 6 99 472 1880/1900



-8
50 1,22 3 979 téléphone sans-fil domestique (DECT) 1 1,225 3 979 1880/1900



-22
50 1,22 3 979 téléphone sans-fil domestique (DECT) 5 0,245 159 1880/1900



-36
100 1,73 7 958 fuite four micro onde 0,05 35 3 183 099 450/950/1800 four micro onde de 1000 W : fuite de 5mW/cm2


7
100 1,73 7 958 fuite four micro onde 1 1,73 7 958 450/950/1800 four micro onde de 1000 W : fuite de 5mW/cm2


-19
100 1,73 7 958 fuite four micro onde 2 0,87 1 989 450/950/1800 four micro onde de 1000 W : fuite de 5mW/cm2


-25
100 1,73 7 958 fuite four micro onde 5 0,35 318 450/950/1800 four micro onde de 1000 W : fuite de 5mW/cm2


-33
1 0,20 103 GSM actif à l'oreille 0,02 10 258 627 450/950/1800 GSM actif à l'oreille : à 2 cm du cerveau


-4
5 0,39 398 GSM actif devant 0,1 3,87 39 789 450/950/1800 GSM actif à 10 cm du cerveau


-12
5 0,39 398 GSM actif kit main libre 0,5 0,77 1 592 450/950/1800 GSM actif à la ceinture : à 50 cm du cerveau


-26
5 0,39 398 GSM actif mesure 1 0,387 398 450/950/1800



-32
5 0,39 398 GSM actif mesure 2 0,194 99 450/950/1800 sensibilité malgré le faible champ


-38
5 0,39 398 GSM actif mesure 5 0,077 16 450/950/1800 sensibilité malgré le faible champ


-46
2 0,24 159 GSM veille 1 0,245 159 450/950/1800



-36
2 0,24 159 GSM veille 5 0,049 6 450/950/1800 sensibilité malgré le faible champ


-50
2 0,24 159 GSM veille 7 0,035 3 450/950/1800



-53
2 0,24 159 GSM veille 10 0,024 2 450/950/1800



-56
1 000 000 173,21 79 577 472 Antenne Relais proche 10 17,32 795 775 450/950/1800 antenne relais standard proche et mal dirigée


1
1 000 000 173,21 79 577 472 Antenne Relais 100 1,732 7 958 450/950/1800 antenne relais standard mal dirigée


-19
1 000 000 173,21 79 577 472 Antenne Relais 200 0,866 1 989 450/950/1800 10 10 100 000 mur -25
86 400 50,91 6 875 494 Antenne Relais 106 0,480 612 450/950/1800 Mesure à 106m antenne Place Ch. de Gaulle St Cloud


-30
100 000 54,77 7 957 747 Antenne Relais 200 0,274 199 450/950/1800 antenne relais standard disposée favorablement


-35
100 000 54,77 7 957 747 Antenne Relais loin 500 0,110 32 450/950/1800 antenne relais standard disposée favorablement


-43
1 000 5,48 79 577 Centrale WiFi 2 2,739 19 894 466 (433/868) 30 1000 1 couverture -15
1 000 5,48 79 577 Centrale WiFi 5 1,095 3 183 466 (433/868) 30 1000 1 couverture -23
1 000 5,48 79 577 Centrale WiFi 8 0,685 1 243 466 (433/868) 30 1000 1 couverture -27
70 1,45 5 570 GSM actif littérature 1 1,449 5 570 450/950/1800



-20
70 1,45 5 570 GSM actif littérature 2 0,725 1 393 450/950/1800



-26
70 1,45 5 570 GSM actif littérature 5 0,290 223 450/950/1800



-34
2 0,24 159 device WiFi min 0,3 0,816 1 768 2400/5100



-25
2 0,24 159 appareil WiFi min 1 0,245 159 2400/5100



-36
2 0,24 159 appareil WiFi min 2 0,122 40 2400/5101 sensibilité malgré le faible champ


-42
2,50 0,27 199 Bluetooth – casque 0,02 13,693 497 359 2 400 Bluetooth – caque à l'oreille


-1
2,50 0,27 199 Bluetooth – device 1 0,274 199 2 400 Bluetooth – baffle à 1 m


-35
1,30 0,20 103 LINKY 0,5 0,395 414 0,01/0,4 (10-490kHz) A noter : risque propagation sans blindage câble


-32
1,30 0,20 103 LINKY 1 0,197 103 0,01/0,4 (10-490kHz) A noter : risque propagation sans blindage câble


-38
10 0,55 796 Device Z wave max 0,5 1,095 3 183 466 (433/868)



-23
10 0,55 796 Device Z wave max 1 0,548 796 466 (433/868)



-29
10 0,55 796 Device Z wave max 2 0,274 199 466 (433/868)



-35
10 0,55 796 Device Z wave max 3 0,183 88 466 (433/868)



-38
10 0,55 796 Device Z wave max 4 0,137 50 466 (433/868)



-41
5 0,39 398 Centrale + couverture 1 0,387 398 466 (433/868)



-32
5 0,39 398 Centrale + couverture 2 0,194 99 466 (433/868)



-38
5 0,39 398 Centrale + couverture 8 0,048 6 466 (433/868)



-50
1 0,17 80 Routeur + couverture 1 0,173 80 2400/5100



-39
1 0,17 80 Routeur + couverture 2 0,087 20 2400/5100



-45
1 0,17 80 Routeur + couverture 5 0,035 3 2400/5100



-53
3 0,30 239 Device Z wave min 0,5 0,600 955 466 (433/868)



-28
3 0,30 239 Device Z wave min 1 0,300 239 466 (433/868)



-34
3 0,30 239 Device Z wave min 2 0,150 60 466 (433/868)



-40
3 0,30 239 Device Z wave min 3 0,100 27 466 (433/868)



-44
3 0,30 239 Device Z wave min 4 0,075 15 466 (433/868)



-46
3 0,30 239 Device Z wave min 5 0,060 10 466 (433/868)



-48
1 0,17 80 Device min 1 0,173 80 466 (433/868)



-39
1 0,17 80 Device min 5 0,035 3 466 (433/868)



-53


Vous trouverez ici une version pdf avec des valeurs plus pessimistes basées non sur mes mesures, mais sur la littérature

Quelquefois, les valeurs sont données en dBm, dépendante de l'appareil.
Exemple pour le Cornet ED25G :
E
V/m
Densité P
mW/m2
dbm
 (Cornet ED25G)
8,200 178 -5
4,600 56,13 -10
2,600 17,93 -15
1,470 5,73 -20
0,820 1,784 -25
0,460 0,561 -30
0,260 0,179 -35
0,150 0,060 -40
0,080 0,017 -45
0,047 0,006 -50
0,026 0,002 -55
dbm=20*(LOG(E)-LOG(Constante))
Cornet ED25G : Constante = 15 env.

Le Cornet ED25G mesure les basses fréquences, de 50 Hz à 15 Khz (sensibilité 0,1 µT)
et les hautes fréquences, de 100 MHz à 3 GHz (
sensibilité 25 mV/m)

Il est important de noter qu'avec le temps, afin d'identifier les pistes d'améliorations,
les aspects qualitatifs (le 50 Hz, les antennes relais, les portables, les lampes) l'ont emportés sur les aspect quantitatifs
Ainsi, pour mon épouse, le DECT et le WiFi des appareils puissants d'aujourd'hui sont insupportables, et elle quite la pièce immédiatement.
Les lampes basses consos ou les smartphones en appel le sont moins, et elle demande qu'ils soient éteints, sinon elle s'en va.
Pour un portable simplement allumé, elle va se sauver dans la minute ou le quart d'heure qui suit, tout dépend de la distance...
Pour l'électricité dans les pleintes, c'est génant pour le sommeil, et nous coupons l'electricité durant la nuit.




CALCULATEUR
(pour les habitués)

   Telecharger ce fichier Excel qui vous permettra  
à partir d'une part de matériaux isolants dont vous connaissez l’atténuation, en décibels (db), ou à défaut en "% passant du signal",
et d'autre part d'une perturbation dont vous connaissez la nature et le niveau mesuré (ex : une antenne relais, le DECT d'un voisin),
de connaître le niveau attendu avec le matériau isolant, une fois installé. Cela reste bien sûr une estimation.
L'intensité des signaux est mesurée en V/m (1er onglet), ou en μW/m2 (2ème onglet).

Sur le sujet :
http://www.electrosmog.info/IMG/pdf/Protections-HF.pdf



Mesures : quels résultats ?

Le 27 novembre 2015 : premières expérimentations à l'aide du Cornet ED25G.

Le Cornet ED25G mesure les basses fréquences, de 50 Hz à 15 Khz (sensibilité 0,1 µT)
et les hautes fréquences, de 100 MHz à 3 GHz (
sensibilité 25 mV/m)

Cet appareil est très peu encombrant (il a la taille d'un smartphone)

Cet appareil est surtout sensible aux hautes-fréquences dont les impacts non-thermiques nous interessent particulièrement.
Les mesures de champ electrique effectuées sont données en volt par metre (V/m).
L'imprecision vient à la fois de l'appreciation de la distance, et de l'orientation de l'appareil.

Dans les basses fréquences, nous verrons ultérieurement si il est utile d'investir dans un matériel spécifique,
mais pour le moment, je me limite aux mesures de champ magnétique que donne l'appareil (mesure en micro-tesla)



A - Hautes fréquences

J'ai successivement mesuré les valeurs reçues à partir
du WiFi, du GSM (relais et téléphones), et du téléphone sans-fil domestique (DECT).

J'ai procédé également à quelques analyses environnementales (je me promène avec l'appareil de mesure)

1 - Le WiFi... effectivement, c'est inquietant !


La mesure sur le WiFi de l'imprimante (particulièrement traitre car qui penserait à cet emetteur !!)
donne  des résultats au voisinage de 0.6 à 0.4 V/m à proximité (qq centimètres)
à 0.3 V/m a 30 cm, 0.2 V/m à 1 m, et 0.11 V/m à 3 m environ.

Le WiFi est maintenant coupé sur l'imprimante.



2 - Les relais GSM ... aussi élevé que prévu

Nous vivons à 200 m à vol d'oiseau d'un émetteur telecom.
Celui-ci est situé sur le toit d'un HLM d'une trentaine de m de hauteur
La mesure en extérieur de champ electrique à 200 m donne 0.3 V/m (0.29 à 0.32) ce qui est déjà significatif.



A noter que les mesures Cartoradio, a proximité d'emetteurs relais, donne des valeurs voisines de 0.5 V/m,
un peu supérieures aux notres qui sommes plus eloigné de l'emetteur relais GSM.

Nous passons dans l'appartement face à l'onde de 0.22 V/m (pièce la plus exposée)
 à 0.18 V/m (salle de bain carrelée au nord... voir plus haut), et à 0.12 V/m (0.11 à 0.14) dans les autres pièces exposées.
Dans le reste de l'appartement, nous baignons dans un champ electrique de 0.09 V/m le jour,
Durant la nuit, dans la pièce la plus calme, le champ electrique haute-frequence global résiduel mesuré n'est plus que de 0.03 V/m.
Chez ma mère qui reçoit très mal, le champ electrique ambiant est de 0.03 V/m,
chez une amie, en centre Bretagne, dans un bourg isolé, le champ est de
0.03 V/m en journée.
Il faudrait certainement aller en pleine campagne pour trouver une zone blanche avec des valeurs inférieures.

Un autre exemple dans la famille, ici sur l'Ile de Nantes... un immeuble avec vue, qui surplombe un centre commercial... ...et plusieurs antennes à proximité.
Nous avons identifiés l'antenne la plus proche (à gauche sur la photo) avec l'aide de Cartoradio.
Le résultat est une emission costaud dans le salon de 0.59 V/m...
Vivre dans ces conditions nécessite pour un electrosensible le port en quasi permanence de vétement en tissu métallique.


3 - Le GSM - les mobiles ... mettre les oreillettes ou bonjour les dégats !

Il faut différencier differentes phases à quelques centimètres :
- la mise en service, de courte durée
: 0.8 à 0.9 V/m avec le mobile, à 2.7 V/m avec le smartphone
- l'emission d'un SMS, ou moment de l'appel, un court laps de temps  (5 cm) : 1.4 V/m

Durant la communication, à quelques centimètres :
Avec mon mobile GSM (plutôt faiblement emetteur), de 5 à 3 cm : 0.2 à 0.4
V/m
Avec mon smartphone, à une dizaine de cm : 0.77 V/m !!
 
En arretant la communication, nous redescendons à 0.09 V/m
La sensibilité de mon épouse au GSM en veille montre que son electrosensibilité est importante.




4  - le téléphone sans-fil domestique (DECT) - une veritable explosion d'ondes !


Le téléphone sans-fil domestique (DECT) sur sa base non emetrice n'est effectivement pas emetteur.
Nous restons dans le champ ambiant : < 0.09 V/m

En revanche, en communication, le champ electrique est très elevé :
près de 4.6 à 5.7 V/m à une vingtaine de centimètre !

L'utilisation prolongée de ce type d'appareil est vraisemblablement catastrophique...
... et quasiment tout le monde en a chez lui !



5 - le four à micro onde : très emissif

J'ai fait les mesures à différents endroits proche du four micro-ondes
- dans la cuisine en face du micro onde, à 1 m : 1.8 V/m  en HF (et près de 0.4 micro-tesla en BF)
- dans la cuisine en lateral du micro onde, à 3 m : 0.3 V/m
- dans la pièce attenante à la cuisine en face du micro-onde : 0.2 V/m
- dans la pièce attenante à la cuisine au dos du micro-onde : 0.1 V/m

Attention, celui-ci emet aussi des basses fréquences !
Plus généralement, tous les matériels electronique emettent des basses fréquences en mode veille !



En veille, la surprise : 1 micro-tesla ! à l'arrêt : 0.05 micro-tesla, 20 fois moins !


La solution : la multprise avec interrupteur ou le programmateur horaire electromécanique avec forçage, comme pour la box WiFi
(quand tous les segments du programmateur son sur off, il agit avec le bouton forçage comme un interrupteur)
voir chez
votre quincailler préféré, Castorama, ou Leroy-Merlin



B - Basses fréquences

1 - La machine à laver le linge
En phase d'essorage, nous dépassons les 0.7 micro-tesla.
C'est fort, et mon épouse le ressent.



2 - La machine à laver la vaisselle
Là, on va de 0.1 à 3.5 micro-tesla.
C'est très fort, et invivable a proximité, d'autant plus que cette machine est dans la zone de vie !


3 - le fer à repasser
Au voisinage du fer, nous dépassons les 0.4 micro-tesla.
Mon épouse le ressent. heureusement, c'est moi qui repasse et ce n'est que quelques heures par semaines

4 - le compresseur du frigo
Nous restons en dessous des limites de sensibilité de l'appareil, moins de 0.1 micro-tesla.
Mon épouse ressent des effets... toujours un sujet d'etonnement !

5 - la bouilloire
Au voisinage de la bouilloire, nous atteignons les 0.5 micro-tesla.

6 - les plaques à inductions... le poison
Au voisinage de la plaque, nous atteignons les 7 micro-tesla. Plus que le lave vaiselle.
En s'éloignant à 20-25 cm, nous sommes à 0.7 micro-tesla
et à 0.5 m, nous sommes encore à 0.2 micro-tesla
Mieux vaut préférer faire la cuisine au gaz de ville !




7 - le rasoir... le record !
Nous atteignons les 18 micro-tesla !  Heureusement, cela ne dure qu'une minute...
... et je suis seul dans la salle de bain à ce moment là !


8-les fils élecriques présents dans les pleinthes, les gaines, ou les murs.
Ce cas est particulièrement traitre. Il est possible de monter à 0.4 micro-tesla.
En éteignant les interrupteurs des prises de courant, on retombe normalement à 0.05-0.06 micro-tesla.

Pourtant, dans certains cas, le courant circule toujours ! Dans ce cas, il peut être interessant,
après identification du circuit concerné, de poser un interrupteur automatique de champ (IAC),
qui coupe le circuit électrique en l’absence de consommation.

En attendant, il est toujours possible de couper au tableau électrique prises de courant et eclairage chambre !
(ce que nous faisons, car seule cette manipulation supprime l'effet sur mon épouse).

8 - un petit mot sur les aimants
Ceux-ci emettent un champ fixe (comme le champ magnétique terrestre de 50 micro-tesla),
Ce champ fixe n'est pas mesuré par le Cornet qui ne mesure que des champs pulsés.
Ce champ fixe est a priori sans danger... mais... si vous bougez devant, le champ magnétique varie... et le Cornet le detecte !
Aimant fixe : 0.05 micro-tesla En mouvement : jusqu'à 20 micro-tesla ! 400 fois plus !

Nous atteignons les 20 micro-tesla  ... cela étant, nous ne faisons pas la course devant les aimants et nous ne sommes pas en métal.
Par précaution, le gros aimant a quand même été mis à l'écart.
En frolant le frigo et ses magnets à 5-10 cm, nous ne dépassons pas les 2 micro-tesla de variation  (à quelques mm, certains atteignent les 10 micro-tesla),
à 20 cm, on ne détecte plus rien, donc moins de 0.05 micro-tesla ... nous avons donc laissé les magnets... pour l'instant.


C - Un petit tour en ville


1 - en voiture
J'ai mis l'appareil a côté du tableau de bord... ... et les surprises furent au rendez-vous.
Remarque générale : il existe une très forte hétérogeneité dans les zones rencontrées.
Je suis passé de 0,08 V/m dans certaines zones, à près de 2.6 V/m dans d'autres zones. Un ratio supérieur à 30 !


J'ai rencontré par ailleurs un record à plus de 10 V/m... mais il doit s'agir d'une erreur...
Il est vrai qu'en France, les 28 V/m sont autorisés et 59 V/m pour les téléphone sans-fil domestique (DECT) (contre 0.6 V/m en Autriche)

En ville : les lignes hautes tension
En passant sous les lignes hautes-tension, nous dépassons les 0.2 micro-tesla

2 - à pied
Protégé, en milieu encaissé, rue étroite : 0.05 V/m
(seul cas ou vous pouriez vous passer de protection).

Protégé par des bâtiments : 0.10-0.15 V/m
En situation urbaine normale : 0.2-0.3 V/m
à découvert, traversée d'un pont, sur une place : 0.3-0.4 V/m
Sous le flux d'une antenne : 0.5 V/m
sur l'esplanade de La Défense (plusieurs antennes) : 0.7 V/m


D - Les transport en commun

1 - Le BUS
0.1 micro-tesla, on reste dans la zone mini

2 - Le Train, le RER
0.2 micro-tesla est un classique, avec des pointes exceptionnelle jusqu'à 3 et même 3.5 micro-tesla

3 - Le Tramway T2 (Porte de Versailles - Pont de Bezons)
quasiment toujours autour de 1 micro-tesla et plus et assez facilement à 4 micro-tesla ... on tient le pompon !

4 - et en HF (hors Métro) ?
Pour tous les transports en commun, en Haute Fréquence (HF), pas de chance, les Smartphones sont omniprésents.
En GPS, Edge, 3G, 4G... ils induisent un champ électrique de 0.2 à 0.6 V/m au minimum,
de 0.4 à 0.5 V/m en moyenne, avec des pointes à 2 V/m
Bref : la plaie pour un electrosensible.
Il ne reste que la combinaison spéciale ou le vélo !

5- En HF dans le métro
Dans un tunel sans antenne, vous êtes seul dans le wagon : 0.05 V/m.
Dans une station, seul : 0.2-0.3 V/m
Dans la rame (tunel ou station), entouré de nombreuses personnes :  0.5-0.7 V/m
Une personne surfe en face de vous : 1 à 2.5 V/m.
Vous même êtes connecté et surfez : 3 V/m... et plus


E - Allons plus loin... special smartphone !

1 - Le Smartphone en veille dans un tissu Swiss Shield isolant (une seule épaisseur très fine), et le mesureur à l'extérieur
On passe de 0.09 V/m à 0.025 V/m... plus de 3 fois moins. Le tissu isole bien.

2 - Le Smartphone en surf internet en 3G, et le mesureur dans un tissu isolant
Comme le smartphone n'arrive pas bien à se connecter... ils monte à sa puissance maxi !
Résultat, le smartphone monte à quelques cm à 25 V/m !
Cela vous permet d'imaginer ce qui peut vous arriver si vous souhaitez téléphoner dans une zone blanche,
ou en situation de mobilité, lorsque vous passez d'une antenne à l'autre.
Bref quand votre smartphone recherche son réseau desespérement.
Vous en prenez plein la  g.......

Vous remarquerez qu'entre les situations 1 et 2... il y a un facteur 1000 ...

3 - Le Smartphone en surf internet en 3G, le mesureur à côté (sans tissu)
On se retrouve dans le cas classique :
5 V/m à quelques cm
1.7 V/m à 50 cm à 1m
0.2 V/m  mini à 2m
On retouve les valeurs que nous avons dans les transport en commun : un bruit de fond de 0.4 à 0.5 V/m.

En résumé, les electrosensibles doivent maudire les smartphones... à raison

Cela étant, les solutions sont simples pour éviter de vous polluer la vie et celle des autres,
tout en bénéficiant de cet immense progrès qu'est le smartphone :


UTILISATION DU SMARTPHONE POUR LES ELECTROSENSIBLES... ET LES AUTRES
 - QUELQUES TRUCS -

Si vous êtes accro de la com avec vos amis, utilisez le sms et rien d'autre (pas de connection réseau)

Privilégier le sms pour les communications avec smartphone.
Si vous êtes très electrosensible, limitez les sms (ex : 2 ou 3/j), et écrivez les hors connexion (ou mode avion).
Puis, connectez-vous, envoyez, déconnectez-vous (mode avion).

Si vous devez avoir une communication audio, utilisez systématiquement le haut-parleur ou les oreillettes

Si vous souhaitez lire une page web, par exemple lire l'actualité de votre quotidien préféré.
connectez-vous, charger les news, passez en mode avion... et lisez tranquillement l'actu en mode déconnecté.

Si vous souhaitez surfer : faites le chez-vous en filaire (pas de WiFi),

En situation de mobilité : restez en mode avion (ou hors connexion)
et si vous devez absolument communiquez , attention à votre sécurité et celle de vos proche :
faites le
avec les oreilettes (transport en commun) ou avec le haut-parleur (voiture), 
l'important est de garder les mains libres en conduisant, tout en priorisant l'attention sur la conduite !

Pour Waze ou tout autre application GPS mobile pour trouver votre chemin : identifier le trajet avec le GPS,
faire une photo de l'itinéraire avec le smartphone (snapshot), puis passez en mode avion,
ceci afin de faire cesser les interractions entre votre smartphone et le réseau.

Mieux encore, sur Waze, même en mode avion, si l'application est en marche, si la carte vient d'être chargée,
vous pouvez suivre votre itinéraire car le GPS est indépendant du réseau téléphonique !
Très pratique en voiture avec un electrosensible : essayez !

Le mode d'emploi est le suivant :

connectez-vous au réseau loin de l'electrosensible, ouvrez Waze, entrez l'adresse de destination,
recherchez l'itinéraire, lancez le trajet sur Waze, passez en mode avion,
rejoignez votre véhicule où vous attend l'electrosensible (qui est à l'arrière du véhicule, c'est mieux),
placez votre smartphone sur un endroit visible du tableau de bord...  c'est parti.....



Spécial basses fréquences

Le 12 juin 2016 : premières expérimentations à l'aide du GigaHertz Solutions ME3830B


Le Cornet ED 25 G a une limite de sensibilité à 0.06 microtesla (60 nanotesla), et n'est donc pas vraiment utilisable en dessous de 100 nanotesla.
J'ai donc fait des mesures complémentaires basses fréquences avec le GigaHertz Solutions ME3830B qui va de 16 Hz à 100 kHz.
Sa limite de sensibilité est autour de 1 nanotesla, et le plus bas champ mesuré est autour de 10 nanotesla.
De plus, il mesure les champs électriques basses fréquences.


- Champs magnétiques basses fréquences (50 Hz) -

La limite de sensation désagréable de mon épouse : environ 100 nanotesla...
... sûrement comme les magnetiseurs d'antan !
En dessous de 20 nanotesla... plus de sensations physiques

1- le mico onde, en veille
à 2000 nanotesla en veille (limite suppérieure de l'appareil !),
et 20 nanotesla une fois coupé du secteur !

2- l'écran plat de l'ordinateur
de 800 à 1000 nanotesla soit 1 microtesla (déjà visible avec le Cornet
ED 25 G)... seul effet que l'on ne peut couper...
... mais avec un système de retroprojection, il est peut-être pôssible de faire mieux... à suivre.

3- le frigo
Le mystère est enfin levé : le compresseur... 300 nanotesla (compresseur en marche)
à 12-20 nanotesla (compresseur à l'arrêt)


Ceci était peu précis avec le Cornet ED 25 G qui détectait un 0.2-0.3 microtesla max :
limite de sensibilité à 0.05 microtesla (50 nanotesla).


4- la sensibilité en voiture : l'alternateur......
600 nanotesla  tableau de bord côté passager,
à 200 tableau de bord conducteur,
90 nanotesla siège conducteur, 30 nanotesla siège arrière

En résumé... un électrosensible va à l'arrière ! Et derrière le conducteur, c'est mieux.


5- les fils électriques (ex : plinthes)
40 à 120 nanotesla (tout eteint mais en service) à 20-12 nanotesla (coupure au disjoncteur)

autre cas :
181 nanotesla (lampe allumée) à 12 nanotesla (lampe éteinte)




- Champs électriques basses fréquences (50 Hz) -

Attention ! Il s'agit de mesure de champ électriques BASSES FREQUENCES !
en Haute fréquence (GSM, Wifi...) : 0.1 V/m est limite pour un électrosensible.
En Basse fréquence, il faut viser des valeurs inférieures à 50 V/m, voire moins... à suivre.

1 - influence du branchement des interrupteurs
les fils électriques, au contact : les bons (phase) et mauvais (neutre) branchements des interrupteurs : on passe de 5 à 500 V/m et plus !

Bon branchement : l'interrupteur coupe la phase


Mauvais branchement : l'interrupteur coupe le neutre !
Voilà pourquoi mon épouse ne peut pas rester plus de 10 min à cet endroit.
Câblage à revoir !


2- influence de l'éloignement

500 V/m au contact à 50 V/m à 1 m.

Ici un mauvais branchement... et l'impact de l'éloignement... à suivre...

3-influence d'une couverture de survie recouvrant les appareils électriques et les prises électriques   
    Enfin objectivé !
- champ électrique sous la couverture, au contact : 900 V/m
    - champ électrique juste au dessus de la couverture  : 20 V/m

Recouvrir les prises électriques et certains appareils électriques proches du bureau ou l'on travaille,
permet de se protéger du champ électrique qu'ils émettent. La mesure montre l'amélioration.



Petite expérience iphone + tissu Swiss Schield de -50 dB

Le tissu à maille métallique (voir ci-dessous les références) attenue-t-il les ondes ?

Petites expériences simples quand on n'a pas d'instrument de mesure :

Mettre en réception GSM

1) Prendre une photo de l'écran de l'iphone
2) Puis enrober l'iphone du tissu (sans soin particulier).
3) Prendre
une 2ème photo de l'écran de l'iphone

On remarque que la réception du signal GSM a baissé de 2 niveaux
l'astuce iphone* donnant l'affichage en dB permet d'être plus précis :
montre que le tissu diminue le signal de 30 dB env.
(de 20 à 40 dB à 1m50 de la box, en fonction du "soin" de l'enrobage)
Une attenuation de 30 dB  correspond à une division par 1000 de la réception soit 10 x log (gain ou attenuation)
Pour le GSM, une source de puissance PIRE = 2000 mW (puissance classique des GSM 900 Mhz en communication - voir ici)
correspond à un signal de puissance de 10 x log (PIRE) = 33 dB.


 
(*) voir par ex : http://www.iphone4.fr/astuce-pour-connaitre-plus-precisement-lintensite-du-signal-reseau-sur-iphone/
pour mémoire : *3001#12345#* , appel , touche coin supérieur gauche



Mettre en réception WiFi

1) Prendre une photo de l'écran de l'iphone
2) Puis enrober l'iphone du tissu
(sans soin particulier).
3) Prendre
une deuxième photo de l'écran de l'iphone

On remarque que la puissance du signal WiFi de "mon réseau" a baissé d'un niveau (dernier quart de cercle grisé)
idem pour les autres réseaux de la Box à 1m50 (Free WiFi et Free WiFi secure)
Le réseau WiFi de l'imprimante HP, à 1m est toujours accessible de l'iphone
Les réseaux WiFi des voisins ne sont plus accessibles du tout.
Pour le WiFi, une box de PIRE = 1000 mW correspond à 10 x log (PIRE) = 30 dB.
Pour "eteindre ce signal", il faudrait une attenuation de 30 dB  ou "gain négatif" de -30 dB


On remarque dans les 2 cas que l'atténuation est bien réelle



http://www.expercem.com/product.php?id_product=32

http://www.expercem.com/



Spécial MISE A LA TERRE

Comment se décharger... ou ne pas se charger...


Pour se décharger, il suffit de se mettre à la terre...

Comment ?

De manière naturelle :
Les pieds directement sur terre (la terre récupère les charges en excès)
En se passant les mains sous le robinet (l'eau entraine avec elle les charges en excès)

ou
en 
se connectant à la terre de l'habitation, à l'aide d'un dispositif : le déchargeur (ou Kit de mise à la terre),
car nous ne pouvons pas forcément rester dehors ou les mains sous le robinet !
Il suffit de quelques minutes pour se décharger.

Un déchargeur, c'est quoi:


DECHARGEUR / KIT DE MISE A LA TERRE

C'est un fil de terre (ou un fil électrique qui fera office de fil de terre) ...

1 - relié d'un côté à la terre de l'habitation, ...

Par exemple grace à une prise électrique modifiée et que l'on relie à une prise de courant :
ainsi, seule la partie terre est reliée !


Connecteurs neutre et phase coupés !
(montage plus sécure qu'une pince croco sur la fiche terre)

Afin de palier les risques d'electrocution en cas de mauvaise manipulation
(le 220 V qui toucherait accidentellement la terre, ce qui est improbable avec un connecteur, mais possible avec une pince croco),
il est préférable d'
intercaller une resistance de  1 Megohm entre la pince croco et le connecteur ( cachée dans le connecteur, ou idéalement placée comme ici : http://ordinatique.com/2009/09/06/fabrication-dun-bracelet-anti-statique/ ).
En cas d'accident, on serait alors traversé par un courant d'intensité faible : I = U/R = 220 V / 1 000 000 Ohms = 0.22 mA.



ATTENTION !

Il faut vérifier au préalable que l'habitation a bien une terre !

Dans les habitations bien câblées, les terres des prises sont toutes reliées à une terre principale au tableau électrique, et cette terre principale est elle-même reliée à un piquet de terre  qui est dans le sous-sol de l'immeuble ou à l'extérieur de la maison.
(parfois, quand il n'existe pas de piquet de terre,
la terre principale est reliée à une canalisation d'arrivée d'eau froide)

Très souvent, les terres des prises des appartements ne sont relié à rien.
(c'est hélas courant dans les immeubles Haussmaniens parisiens !)

Il faut absolument vérifier que votre terre en est bien une grâce à un testeur de terre.

testeur de terre =
3 diodes allumées  = OK
(et bouton
rouge testeur)

disjoncteur tableau.
test avec bouton testeur :
disjoncte quand on teste  !





2 - relié de l'autre côté
A) ou à une surface permettant de se mettre soi-même à la terre
B) ou à l'équipement à mettre à la terre,

* * *

Gràce à ce type de montage, vous pouvez faire 2 choses  :

A - Vous décharger. Selon notre expérience, quelques minutes suffisent.

Attention, une utilisation trop longue risque d'avoir l'effet inverse  !

L'intérêt est d'éliminer les charges que vous avez stocké,
et pas de faire de vous une antenne
avec du courant qui circule à travers vous en permanence.

Ce sont toujours les sensations de votre corps qui doivent vous guider,
car il ne faut pas que le remède soit pire que le mal !


Notre expérience :
L'utilisation prolongée n'est pas vraiment probante.

Peut-être est elle la plus utile en environnement perturbé.
Quelques exemples :
1 - travailler temporairement à l'ordinateur avec un écran (couverture de survie)
entre la tour de l'ordinateur et vous, ou
le cas échéant avec l'ordinateur lui même couvert
de manière plus temporaire  car l'ordinateur risque de chauffer plus,
voire en ajoutant un protège écran (efficacité limitée)
2 - faire la cuisine en marchant sur un support adapté

En environnement sain, par exemple en lisant ou travaillant,
l'utilisation prolongée est plus perturbante que de ne rien faire.
L'effet "antenne" semble alors le plus important.

En définitive, rien ne remplace la mise à la terre des équipement eux-mêmes.
Ce sont d'abord les équipements qu'il faut mettre à la terre, et pas vous !



Comment faire dans ce cas :
Relier la 2ème extremité à une plaque ou un tissu conducteur
sur lequel on peut s'installer


Par exemple :
- la partie argentée métalisée de certaine couverture de survie (Voir photo ci dessous)
- moustiquaire en aluminium
- une plaque d'acier ajourée achetée chez un quincailler (Voir ici)
- un montage prévu à cet effet, dans une boutique spécialisée (Voir ici)


 pince croco reliée à la partie argentée de la couverture de survie
Avec certaines couvertures de survie, la mise à la terre via la face argentée ne fonctionne pas.  Prendre alors une surface conductrice comme une moustiquaire en aluminium, la mise à la terre est efficace !



B - Mettre à la terre certains équipements :
lampe, écran/couverture... etc

 C'est l'utilisation la plus intéressante
voir ci-desous pour les explications

Voir directement ici l'exemple de mise à la terre des lampes,
avec le déchargeur (utile en déplacement) ou en montage natif (chez-soi).

NB : le principe de mise à la terre (avec ou sans "déchargeur")
est valable
sur de nombreux équipements : lampes, baignoires,
radiateurs metalliques, écrans en couverture de survie,
et plus généralement tout équipement electrique à carcasse métallique
potentiellement émetteur d'ondes électromagnétiques.





* * *

Exemples de tests de terre réalisés :
Les indications sont en V/m (volt par mètre)

Lampe éteinte : pas de champ électrique Lampe allumée : champ électrique !

Toutes les manips qui suivent sont faites lampe allumée

Aucune mise à la terre : champ électrique Mise à la terre directe :
plus de champ electrique

Mise à la terre via l'homme
(ici sans risque car le 220 ne passe pas dans la tige - ce qui n'était pas le cas pour Claude François - C'est le type de manip que vous ne devez pas faire si vous n'avez pas de connaissances en électricité !)
Mise à la terre via une grille métallique
(ici en acier) : Bonne mise à la terre

Couverture de survie coté argenté :
Bonne mise à la terre
Produit argenté mais non conducteur !
Mefiez-vous des imitations !
Attention, avec certaines couvertures de survie, la mise à la terre via la face argentée ne fonctionne pas. Celles-ci sont certainement recouvertes d'une pellicule trop isolante !
En revanche, avec une surface conductrice telle qu'une moustiquaire en aluminium, la mise à la terre est efficace !


Et deux manip avec couverture de survie pour montrer l'impact des 2 faces !
(Les 2 manips qui suivent sont a éviter si vous n'avez pas confiance dans votre lampe...
... de la même manière, ne touchez pas une applique avec un fil électrique de la lampe mal branché,
ou les mains mouillées dans votre salle de bain !)

Mise à la terre : face argentée... ça marche ! Mise à la terre : face dorée... cela ne marche pas !
Attention, avec certaines couvertures de survie, la mise à la terre via la face argentée ne fonctionne pas. Celles-ci sont certainement recouvertes d'une pellicule trop isolante !
En revanche, avec une surface conductrice telle qu'une moustiquaire en aluminium, la mise à la terre est efficace !


 * * *
Pour monter en compétences sur le sujet, visionner les excellentes videos de "LES PIEDS A LA TERRE" :

Les pieds à la terre - pollution electromagnétique

Comment dépolluer votre evironnement électromagnétique- démonstration pratique

Devenez "electroconscients" , dépollution électromagnétique des maisons

Dépollution électrique à la maison par J.-P. Carrère

* * *
Attention aux imitations falacieuse !
Il existe d'autres vidéos, comme celle intitulée "Les pieds a la prise de terre " , qui critique un peu vite les solutions de mise à la terre.
D
ans cette video : pieds à la terre ou non, la personne mesure dans les 2 cas ... le champ qui émane de la lampe !
Il y a confusion entre l'émetteur (lampe mal connectée), le récepteur (l'appareil qui mesure les ondes de l'émetteur), et la personne qui ici n'intervient pas
(elle est neutre vis-à-vis de la mesure). Confusion aussi entre l
es V/m haute fréquence et V/m basse fréquence (très différents pour des EHS).
Cela étant, cette vidéo a le mérite de poser une question très importante : faut-il ou non se mettre à la terre en milieu perturbé.
D'un côté, le courant induit/tension induite sont toujours reçus... et la personne continue à se charger
de l'autre côté : la personne est à la terre, donc à 0 volt certes, mais continue à recevoir le champ électrique...
et est donc traversée par une courant comme si elle se déchargeait en permanence des ondes qui la traverse. Bref, rien d'idéal !

* * *
Compte tenu de ce qui précède, on peut déduire que si la question de la mise à la terre de l'individu peut se poser,
la mise à la terre de tous les équipements (de manière à réaliser une equipotentielle), en revanche, est une necessité,
comme le montre la thèse de doctorat de M. Pierre-Paul Barbier (également disponible : 161 pages).

3 images de cette thèse ...

Les champs electromagnétiques (CEM) génèrent des
courants induits comme sur le schéma
(ici via une ligne haute tension passant au dessus de l'individu)


lampes, baignoires, encadrement metallique des portes, tuyaux d'eau, radiateurs sont tous reliés à la terre


Sans traitements de mise à la terre, les perturbations sont patentes.
Une tension induite de 0.2 Volt (notre chambre), chez un humain de 1000 Ohms de resistance,
donne un courant induit de 0.2/1000 A, soit 0.2 mA, suffisant pour être perçu.
Des tensions induites de 2 volts, courantes en milieu perturbé*, nous ammènent à 2 mA, dans la zone de difficultés.
(*) près d'un radiateur electrique ou d'une lampe de chevet non mise à la terre par exemple


 
Compte tenu de notre expérience d'une part, et des aspects théoriques étudiés d'autre part,
nous avons adopté la démarche suivante, dans l'ordre :

1-Mesurer en premier lieu les perturbations de l'environnement (mesure des CEM, des tensions induites, des terres)
2-Mettre ensuite en oeuvre les corrections pour stopper les émissions
(equipotentielle - mise à la terre des équipements ; voir exemple assez complet ici)

 
Si l'environnement reste perturbé :
3-Mettre alors en oeuvre les traitements temporaires (5 min)
(elimination des charges en se douchant ou à l'aide d'un déchargeur, le tout dans un environnement sain)
   
Enfin, en dernier recours  :
5-essayer de se mettre soi-même à la terre (earthing / grounding) dans l'environnement perturbé.
(après 5 min, il ne nous semble plus d'une grande utilité)
   
Il n'est pas nécessaire (voir plus gaut) , voire pas souhaitable de se mettre à la terre dans une pièce déjà presque saine.
En revanche, marcher pieds nus dans la nature ... excellent !
 

* * *

Comment effectuer des mesures en rapport avec la mise à la terre ?
Grâce à un mulimètre (ci le OHMTEC 254089)

Position Ohmetre
Cette position permet de vérifier l'efficacité intrisèque d'une terre par le branchement entre deux terres ;
plus précisément entre une terre de référence dont on est sûr, et une autre terre.
Si le test est positif (résistance très faible entre les 2 terres, c'est à dire quasi continuité entre elles,
cela signifie que la 2ème terre est aussi efficace que la première, et que l'on peut s'en servir pour "se mettre à la terre"
Il existe différent type de mesure possible, par exemple :
1 - entre un piquet de terre planté dans le jardin (référence), et la terre de la maison
2 - entre la terre immeuble (référence) et une vieille terre de l'appartement branchée sur une conduite d'eau ou de gaz
3 - entre la terre immeuble (référence) et la pseudo terre que constitue le radiateur à eau d'une pièce (Cf. Photo : R=1.4 Ohms)
Un test de conductivité est également possible avec cette methode,
afin de s'assurer qu'un matériel (un déchargeur pas exemple) est bien conducteur.


1.4 Ohms (<< 100 Ohms) est une valeur très faible, qui montre une très bonne "2ème terre".

Pour en savoir plus :
Guide de la mesure de terre
Comment mesurer une prise de terre


Vidéos
Réaliser soi même la mise à la terre de son installation électrique
Effectuer un raccordement à la terre en 5 étapes
Comment réaliser une mise à la terre ?

La valeur maximum de la résistance de terre dépend du disjoncteur différentiel de l'installation.
Avec un disjoncteur differentiel de 500 mA, il faut une resistance de terre < 100 Ohms (< 30 Ohms dans la video)
pour garantir la sécurité des personnes (Cf tableau ci-dessous dans le Guide de la mesure de terre) et ne pas subir une tension > 50 V.





Position Voltmètre

Cette position sert à vérifier que la mise à la terre (terre vérifiée au préalable) est bien efficace :
Par exemple, on se place à proximité d'une lampe non mise à la terre.
On prend une première mesure, puis on se place sur une couverture de survie reliée à la terre.
La 2ème mesure doit indiquer que la tension est faible ou nulle, signe que nous ne stockons plus les perturbations.

Sur le sujet, voir les videos de "LES PIEDS A LA TERRE"  citées ci-dessus.


Spécial TERRE

Pour les lampes et les radiateurs électriques

Les parties métalliques des lampes ne sont pratiquement  jamais mise à la terre...
alors que c'est une évidence pour la carcasse d'une machine à laver !
Ceci est une erreur comme le montre l'accident qui est arrivé à un chanteur célèbre : Claude François.
Claude François est mort dans sa salle de bain en tentant de remettre droite une applique qui n'était pas mise à la terre !

La partie métallique fait antenne et capte les champs electromagnétiques émis aux alentours,
aussi bien des fils électriques de la lampe elle-même, que ceux provenant de l'environnement (comme le WiFi, ou le DECT du voisin !).
Il suffit de mettre la partie metallique de la lampe (pied ou carcasse) pour que le champ cesse.
Le seul chalmp électrique qui peut subsister est celui qui émane du fil entre l'interrupteur et l'ampoule
si ce fil n'était pas intégré au chassis métallique.

Ainsi, le champ électrique d'une lampe éteinte dont l'interrupteur coupe le neutre ... est élevé
Alors que le champ électrique d'une lampe allumée dont la partie métallique est mise à la terre... est quasi inexistant !
Preuve en video...

Cette mise à la terre des lampes apporte un confort énorme !



Voir la VIDEO Voir la VIDEO


En résumé, avec une lampe de chevet ou de bureau, il faut :
1) que l'interrupteur coupe la phase et non le neutre (inverser au besoin la position de la prise de courant)
2) que la carcasse ou le pied soit mis à la terre, ou via un "câble special terre" et une pince croco
ou via le fil de terre si cela est prévu (les appliques ont normalement un emplacement prévu pour).
Si vous n'êtes pas sûr de vous, demander à un electricien de vérifier le branchement.

Solution1 : branchement normal + on rajoute un branchement à la terre avec une pince croco sur le pied métallique.
Avantage : pas de reprise du cablage + portabilité de lampe en lampe : idéal en déplacement !
Inconvénient : bien vérifier le sens du branchement (interrupteur OFF sur la phase = pas de champ electrique sur la lampe)
Solution 2 : on intègre directement le branchement à la terre. Le fil de terre qui sort en est branché au pied metallique.
Avantage : traitement définitif de la lampe. On peut faire plus élégant encore (terre sous la lampe au lieu d'un collier)
Inconvénient : reprise du cablage (1/2 h de boulot)






Spécial LED

Les lampes à LED ne sont pas aussi nocives que les lampes basses conso qui émettent dans les moyenne fréquences.
Cependant, pour des électrosensibles, elles ne sont pas confortables car elles emettent un champ magnétique beaucoup trop élevé.
Voir les 2 video en cliquant sur les images.

On passe de 10 nano Tesla
avec une lampe à incandescence...

...  à plus de 300 nanoTesla
avec une lampe LED





* * *
Sur le sujet, visionner cette video de "LES PIEDS A LA TERRE" :
Emissions électro magnétiques des lampes d'éclairage


En résumé, pour un electrosensible, rien ne vaut la bonne vieille lampe à incandescence...
... ou la bougie !




Spécial lampes basse consommation

Mon épouse se sent mal en leur présence et détecte un "sifflement".

J'ai voulu en avoir le coeur net et prendre des mesures... mais le 
Cornet, limité en zone mini HF à 100 MHz,
n'est pas adapté à la mesure des champs électriques et magnétiques produits par ces lampes,
car la fondamentale, la plus émettrice, a une fréquence d'émission au voisinage de 50 kHz pour ces lampes,
et aux harmoniques supérieures  (N x la fréquence avec N entier nature), le champ perd fortement de son intensité (voir plus bas)

En basse fréquence, de nombreux appareils de mesures ne montent que jusqu'à 2 kHz, insuffisant pour détecter ce champ.
Il faut pour cela, par exemple, s'équiper d'un ME3830B de Gigahertz Solutions qui monte à 100 Khz.

Durant l'été 2016, c'est chose faite !

Les 2 videos suivantes sont édifiantes.  On colle le mesureur à la
lampe "basse conso"....
la 1ère vidéo met en évidence la variation de champ électrique,
et la 2ème vidéo montre la variation de champ magnétique

On passe de 60 ...
... à 430 V/m

On passe de 19 nanoTesla
à plus de 2000 nanoTesla
 (hors echelle !)




A part cela, sans mesureur,
en passant quelques heures à les chercher, le web donne quelques riches informations sur le sujet.
Quelques infos en liens et en images ci dessous...




www.electrosmog.info/IMG/pdf/Lampes_fluocompactes.pdf


On voit ici qu'on arrive à des sommets ! Plus de 1 V/m... et jusqu'à 10 V/m à 20 cm.
Il faut une distance de plus d'un mètre pour trouver des niveaux médiocres...
... mais toujours deraisonables pour un electrosensible.
En résumé, définitivement déconseillé en lampes de chevet ou pour lire à proximité.
C'est dommage... c'est là qu'elles étaient utiles...
www.criirem.org/images/docs/lbc_arcacriirem_mise_en_garde_08-2007.pdf


La pollution magnétique des lampes testées ici avoisine les 0.1 micro Tesla, soit 100 nano Tesla (nT), ou encore 1 milli Gauss,
soit semble-t-il 10 fois le seuil recommandé pour les electrosensibles.
N'ayant pas encore d'appareil de mesure basses et moyennes fréquences,
je n'ai pas pu vérifier le seuil de gêne pour mon épouse...
... mais nous avons encore quelques ampoules à filament de tungstène...


https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2009et0497Ra.pdf

Rq : 0.1 micro Tesla correspond à 0.08 A/m

Je m'étais étonné à l'époque du grenelle de l'environnement
qu'une lampe nécessitant un recyclage de produit dangereux (présence de mercure)
ait pu remplacer une belle invention comme la lampe à incandescence à filament de tungstène,
et le tout pour un résultat plutôt médiocre...
... mais avec de tels impacts électromagnétiques, et leurs incidences prévisibles sur la santé publique,
cette aventure technologique devrait "bientôt" céder sa place ... aux lampes à diodes par exemple ...
En attendant, chers lecteurs, un prévenu en vaut deux !

* * *

En changeant par mégarde l'ampoule à incansdescence de la hotte aspirante par une ampoule halogène,
mon épouse à senti immédiatement une barre au front. Même lampe éteinte (champ électrique). Insuportable.
Il me restait des ampoules à incansdescence. Le résultat est positif. L'éclairage fonctionne de nouveau, et sans souffrance.

Même avec une simple ampoule halogène, le résultat est insuportable.

Autres liens sur le sujet des ampoules :

Une video d'une journaliste scientifique : Annie Lobe. Toujours d'actualité !
ici, , ou encore 
A noter : 10 milli gauss = 1 micro-tesla,
Les lampes testées dans la video allaient de 25 milli gauss = 2.5 micro-tesla à plus de 100 milli gauss, soit plus de 10 micro-tesla.
Attention, les tests sont réalisés à quelques cm, et à 25 cm, les résultas seraient certainement une quarantaine de fois moins fort,
avec un résultat moyen de 0.1 micro-tesla environ à 25 cm,  équivalent en ordre de grandeur aux lampes testées ci-dessus par Supelec.

Ce 0.1 micro-tesla correspond à une variation haute fréquence de 0.2% de variation seulmeent du champ magnétique tesrrestre (de 50 micro-tesla en France),
et c'est certainement cette haute fréquence qui pose problème, et non l'intensité en elle-même. Voir analogie très interessante ici. que je reprend ci-dessous :

1) Soit un condensateur de 25µF isolé à 300Vcc soumis à une tension continue de 250Vcc...Que se passe-t-il ?
Réponse : Rien !!! Il prend la charge statique jusqu'à 250Vcc et c'est tout ! (c'est le coup du poisson qui est à 10.000m de fond !!!)
2) Ce même condensateur, reçoit maintenant d'un générateur performant (résistance interne faible), une tension variable très faible sinusoïdale  ou pulsée de 5Veff (5V seulement..!) et de fréquence 10kHz, qui se superpose à la composante continue de 250Vcc appliquée initialement....Que se passe-t-il ?
Réponse : Il explose !!! (Ce serait aussi le sort du poisson s'il remontait brusquement vers la surface)
Un peu comme les vaguelettes que l'on fait dans la baignoire à rythme régulier et qui fini par la faire déborder...


Le Guide pour l'établissement de limites d'exposition aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques.
que l'on retrouve à plusieurs endroits...
http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ND%202143
http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ND/TI-ND-2143/nd2143.pdf
http://www.radiofrequences.gouv.fr/IMG/pdf/ICNIRP_guide_limites_exposition_CEM_1998.pdf
Et son analyse critique par l'association ROBIN DES TOITS

Un article de l'express

Un article d'un site dédié aux lampes fluocompactes


Sur Wikipédia


Spécial LINKY

Les impacts du LINKY en résumé
(qui sont parfaitement connus)
01/06/2018

LINKY émet en permanence (exemple : ping), toutes les minutes, des trames d'une certaines puissance (100 ms toutes les minutes en fonctionnement nominal), et l'effet du LINKY se fait sentir dans toute l'installation électrique. Ces éléments sont connus et mesurés (INERIS). Les données de mesure des champs électriques et magnétiques émanant du LINKY sont connues, et publiées notamment par l'ANFR : volet 1, et surtout volet 2 et volet 3  (ou ici : 1, 2 et 3) et par l'INERIS : ici (ou ).

En ce qui concerne le champ électrique radiofréquence, qui trouble les électrohypersensibles (EHS), ces mesures atteignent :
Près du compteur :
 - 2,8 V/m (et 3,9 max) à 20 cm du compteur, 0,40 V/m à 50 cm et 0,12 V/m à 1 m (INERIS) , soit respectivement 2800 mV/m, 400 mV/m et 120 mV/m
Dans les lieux de vie de l'habitation, près de l'installation électrique :
- 0,7 V/m à 20 cm du réseau électrique, soit 700 mV/m (ANFR volet3 – mesure terrain)
- 0,035 V/m à 40 cm du réseau électrique, soit 35 mV/m (ANFR volet3 – mesure terrain)

Or, la nuit, un EHS a besoin pour être bien que le champ électrique radiofréquence soit inférieur à 10 mV/m !
Dans tous les cas cités, les valeurs mesurées sont au delà de 10 mV/m.


Or le seuil légal pour les radiofréquences LINKY est de 87 V/m, soit 87000 mV/m !
Ce seuil ne tient pas compte des effets à long terme sur la population, et encore moins sur les EHS, personnes fragilisés par l'électrosmog.

Pour expliquer ce déni, 2 analogies :
Tout se passe comme si le comportement allergique d'une personne, aux pollens ou au gluten par exemple, était nié sous prétexte que la concentration mesurée de la substance allergique est sous un seuil légal ou habituel.
Tous se passe comme si la perturbation périodique  qui vous empêchait de dormir (une moto qui passe périodiquement sous vos fenêtres par exemple), était nié sous prétexte que la valeur moyenne du bruit respecte la légalité.

Tout le débat est là : les uns s'appuient sur les valeurs légales, les autres sur les effets ressentis dans leur corps. Et qu'importe si les valeurs légales ont été déterminés de manière à ce qu'elles ne gênent pas les vendeurs du produit incriminé !

Dans son avis du 15 décembre 2016, l'ANSES pointait notamment dans ses recommandations (§9 p98/124 ;
ICI , ou ) : l’absence de données sur les effets sanitaires dus à une exposition aux champs électromagnétiques dans la gamme de fréquences aux alentours du kilohertz et l’absence d’études épidémiologiques s’intéressant spécifiquement aux compteurs communicants.

Le débat est assez simple comme vous le voyez... il se résume au choix de valeurs limites réglementaires cohérentes...


 11/10/2017 : Linky, suite aux investigation ANSES + CSTB   
L'ANSES (Agence de sécurité sanitaire), avait donné ses premières remarques, et attendait les mesures du CSTB pour conclure.

Le résumé du résumé :  l'ANSES s'accroche aux normes officielles  (normes permissives décrétées entre les 2 tours de l'élection présidentielle de 2002),  tout en  pointant un  trafic  plus  important  que  celui  initialement  annoncé par  l’opérateur [NDLR : quasi permanent]. L'ANSES décrit des niveaux qui décroissent  très  rapidement avec la distance [NDLR : 0.2 V/m dans tous le logement]  et conclu de manière candide en page 22 de son rapport qu'il existe peu de données concernant les effets sanitaires potentiels des CPL,  et que les  très  faibles  niveaux  d’exposition  attendus  vont  dans  le  sens  d’une  très faible  probabilité que  l’exposition  aux  champs  électromagnétiques  émis, puisse engendrer des effets sanitaires à court ou long terme , mais recommande  d’étudier  la  possibilité  d’installer  des  filtres,  pour  les  personnes  qui  le  souhaiteraient,  permettant  d’éviter  la  propagation  des  signaux  CPL  à  l’intérieur des logements.

Bref : comme on n'y connait pas grand chose, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.... mais il serait peut-être utile de se protéger  (ainsi que d'autres chose que je vous laisse découvrir en p 18 à 22 du rapport).

Plus de détails ci-dessous :

Voila les 2 références officielles : la mise à jour du rapport de l'ANSES* : ICI   (ou ), le rapport du CSTB* : ICI   (ou )
(*) ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, CSTB : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment

Extrait du rapport final de l'ANSES et mes remarques
11/10/2017

p 11
[...]  Données sur l’exposition aux compteurs utilisant le CPL [...]
En   pratique,   le   compteur   lui-même   produit   un   rayonnement   électromagnétique,   mais   la   communication CPL, par le courant qui parcourt les câbles électriques, en amont du compteur vers le  concentrateur,  et  en  aval  vers  les  appareils  dans  le  réseau  électrique  domestique,  produit  également un champ électromagnétique, à proximité des câbles et des prises. [...]
Mes remarques : le CPL irradie dans tous les câbles électriques du logement, mais cela, vous le saviez déjà !

p12
[...]  Si  l’on  considère  les  mesures  spécifiques  au  Linky,  la  valeur  maximale  de  champ  électrique  mesurée  est  de  3,9 V/m à  20 cm  du  compteur  (Ineris,  2016),  c’est-à-dire  22  fois  moins  que  la  valeur limite d’exposition réglementaire de 87 V/m. [...]
Mes remarques :  pour un EHS : 0.2 V/m est déjà nocif.

p20 [...]  1. Caractérisation du rayonnement des câbles par des mesures en laboratoire
Les  mesures  réalisées  en  laboratoire  par  le  CSTB  sur  des  compteurs  G1  et  G3  permettent  de  mettre en avant les conclusions suivantes :
• le type de charge, c’est-à-dire les appareils   connectés au réseau électrique d’un logement, modifie  l’intensité  du  courant  électrique  des  communications,  et  donc  le  niveau  de  champ  électromagnétique   émis.   Avec   des   charges   essentiellement   résistives   (lampes   à   incandescence,  radiateurs,  ...),  les  niveaux  de  courant  et  de  champ  sont  plus  faibles  en  aval  qu’en  amont  du  compteur.  Avec  des  charges  essentiellement  capacitives  (chargeurs  et alimentations d’appareils électroniques par exemple), à l’inverse, les niveaux de courant et de champ sont plus élevés en aval qu’en amont du compteur ;
le  champ  rayonné  par  les  communications  Linky  autour  d’un  câble  électrique  décroit  très  rapidement avec la distance (d’un facteur 10 en passant de 10 cm à 1 m de distance) ;
• en  raison  de  l’atténuation  du  signal  dans  les  câbles,  le  champ  rayonné  au  voisinage  d’un  câble  électrique  par  une  communication  Linky  diminue  avec  la  distance  par  rapport  au  compteur (d’un facteur 2 en passant de 5 m à 55 m de distance au compteur).
Mes remarques :   rappel : 3,9 V/m à  20 cm (Cf. p12) .... donc plus de 0.4 V/m à 1 m de distance... et plus de 0.2 V/m dans tout le logement... ce qui devient invivable pour un EHS .

2. Identification des communications CPL dans un logement
Les  mesures   de  courant  réalisées in  situ par  le  CSTB,  dans  des  logements,  sans  intervention  d’Enedis, ont permis de mettre en évidence la présence de trames de communication Linky, sans qu’il  soit  toutefois  possible  d’en  identifier  la  fonction  précise  (tâches  cycliques  d’interrogation,  trames issues de compteurs utilisés comme répéteurs, trames de télé-opération ou d’alarme, etc.).
Pendant  la  période  de  mesure  (30 min),  en  journée,  dans  un  logement  avec  compteur  Linky  G1  installé depuis environ 4 mois, une moyenne de 4 à 6 trames (durée 140 millisecondes) par minute a été enregistrée.
Toujours dans le même logement, des mesures ont été réalisées la nuit, afin d’essayer d’identifier la trame de collecte de l’index de communication journalier. Si à certaines périodes de la nuit on observe  une  augmentation  significative  du  nombre  et  de  la  durée  des  trames,  il  n’a  pas  été  possible d’isoler la trame de collecte, en raison notamment du trafic important de communications Linky. [...]
Mes remarques :  le compteur emet 4 à 6 trames par minutes, et donc de manière quasi-permanente !

3. Mesure des niveaux d’exposition dans des logements
Des  mesures  de  courant  et  de  champ  magnétique  ont  été  réalisées  dans  les  différentes  pièces  d’un  logement,  avant  et  après  installation  d’un  compteur  Linky  de  type G1.  Des  mesures  ont  été  réalisées à 5 reprises (dont 3 sans intervention d’Enedis) : 2 avant la mise en place du compteur, et  3  après. Ces  mesures  ont  notamment  permis  de  retrouver  la  fréquence  de  communications  Linky observée lors des mesures d’identification des communications CPL.
Les niveaux de champ magnétique mesurés à proximité des compteurs (55 cm) sont très faibles, comparables par exemple aux niveaux émis par un chargeur d’ordinateur portable. Au centre des  pièces, les niveaux de champ magnétique dus aux communications Linky sont du même ordre de grandeur  que  ceux  émis  par  des  éclairages  fluorescents  ou  à  LED,  des  chargeurs  d’appareils  électroniques ou encore des écrans.
[...]
Mes remarques :  
- un
compteur n'est pas CHOISI (mais, avec beaucoup de ténacité, peut être refusé), contrairement aux LED et aux écrans qui sont CHOISIS.
- il n'est pas fait référence au champ ELECTRIQUE (en V/m) ... qui est le point déterminant ici (la lutte contre un champ electrique omniprésent est difficile)
- il n'est pas fait référence à l'impact de la FREQUENCE  (pour un EHS, un champ électrique de 100 mV /m à 1 Ghz est une souffrance "comparable" à un champ électrique de qq V/m à 50 Hz. Pour le CPL LINKY, la fréquence est aux alentours des 100 kHz, ce qui n'est déjà plus une basse fréquence !)

p 21, Conclusion du CES
Ces  nouvelles  données  permettent  d’identifier  un  trafic  plus  important  que  celui  initialement  annoncé par  l’opérateur  du  déploiement  des  compteurs  Linky,  entrainant  une  durée  d’exposition plus longue que prévue, sans que les niveaux de champ électromagnétique soient plus élevés. [...]
En  complément,  le  CES  recommande  d’étudier  la  possibilité  d’installer  des  filtres,  pour  les  personnes  qui  le  souhaiteraient,  permettant  d’éviter  la  propagation  des  signaux  CPL  à  l’intérieur des logements [...]
Mes remarques :  en conclusion, si vous avez laissé installé chez vous un compteur LINKY que vous n'avez pas choisi, dont l'effet est inconnu sur la population (quasi-aucune étude, Cf. p22) et qui est nocif pour un EHS (> 0.2 V/m) de manière quasi-permantente (4 à 6 trames par minutes), vous pouvez toujours espérer installer un filtre... (que vous paierez de vos deniers jusquà preuve du contraire).
Notez au passage que l'"opérateur", selon le CSTB, avait peut être sous-estimé certaines valeurs de traffic....

p22, [...]
Même s’il n’existe à l’heure actuelle que peu de données concernant les effets sanitaires potentiels liés  à  l’exposition  aux  champs  électromagnétiques  dans  les  bandes  de  fréquences  relatives  au  CPL (50 –  150 kHz  environ),  les  très  faibles  niveaux  d’exposition  attendus  ainsi  que  les  conclusions  des  expertises  précédentes  (Afsset  2009,  Anses  2013)  vont  dans  le  sens  d’une  très faible  probabilité que  l’exposition  aux  champs  électromagnétiques  émis,  aussi  bien  pour  les compteurs communicants radioélectriques que pour les autres (CPL), puisse engendrer des effets sanitaires à court ou long terme.
Mes remarques :  comme il y a peu de données pour cette gamme de fréquence... croisons les doigts semble dire le rapport (Pas d'EHS à l'ANSES ?)
Notez la forme prudente de la formulation du rapport... tout est affaire de probabilité... comme la roulette russe !


15/09/2016
Le jeudi 15 décembre 2016, l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
  a donné son avis sur l' "Exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les "compteurs communicants "  

L'Avis de l'ANSES peut se résumer de manière lapidaire :
les ondes des compteurs sont parfois nocives, mais personne n'a cherché à en savoir plus.
Les expériences et mesures réalisées ne sont pas pertinentes, et les valeurs réglementaires non plus.


La presse, à part Priartem n'a pas vériablement saisi l'alerte subtile de l'avis  (Cf. Le Monde, L'Express, La Croix , Les echos , RTL )
"Inoffensif" ou "sans danger" ne figure en effet pas dans l'avis ... et mise en garde et dangers figurent bien noir sur blanc... 

un résumé en 4 points points :


1 - Cet avis nous fait part de notre ignorance sur les effets des compteurs communiquants (ex : LINKY)
aucune approche épidémiologique, aucune étude de provocation, pas de littérature scientifique traitant des effets sanitaires ,
et donc aucune conclusion n''est encore possible. Il nous informe que des mesures complémentaires sont encore attendues.

2 - Cet avis souligne en pointillé le manque de pertinence des expériences, des méthodes et des outils utilisés.

3 - Cet avis nous informe que les niveaux d’exposition, ( NDLR : qui sont rédhibitoire pour des électrosensible )
sont très faibles vis-à-vis des valeurs limites réglementaires (NDLR: lesquelles sont très élevées) :

4  -Cet avis nous informe de quelques risques potentiels reconnus :
sur le sommeil, les effets cancérogènes, le neurinomes de l'acoustique


Pour lire les points clés, un résumé en une page, avec citations de l’avis à l'appui

Et pour tout savoir, allez directement à la source et faites-vous votre idée en lisant les 146 pages du rapport :
Exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les « compteurs communicants » de décembre 2016 : 



------------------------------------------------------------------------

Si vous ne savez rien sur le  LINKY, il existe sur internet beaucoup d'éléments sur ce sujet dont je ne ferai qu'un court résumé.

Voir la Vidéo : ERDF Compteur intelligent Linky (Next-Up)

LINKY est un compteur électrique dit "intelligent" en cela
- qu'il peut identifier de manière précise vos types de consommations, et donc le type d'appareil électrique que vous utilisez chez vous
- qu'il peut et pourra piloter des appareils électriques qui sont chez vous, afin de diférer par exemple une consommation électrique
et éviter la mise en fonction d'une centrale pour une consommation marginale (lissage des consommations, smartgrid)
- qu'il pourait permettre demain à ENEDIS (ex ErdF) de se passer des services des provider (Free, Orange ou SFR)...
... n'y a t-il pas aussi derrière tout cela un enjeux financier de taille : s'affranchir des télécommunications GSM existantes...

Tout cela est possible grâce à la technologie des courants porteurs en ligne (alias CPL) ...
Le courant porteur se sert du courant électrique normal 220 V (qui a une fréquence de 50 Hz),
pour rajouter
par dessus des signaux de plus haute fréquence : 63.3 et 74 kHz epar exemple.
La contribution du CPL est de 0.3 V/m environ dans cette gamme de fréquence.
 (Au total, on a 0.7 V/m à 20 cm du compteur en CPL)

0.3 V/m dans cette gamme de fréquence 50- 100 kHz est très nocif pour un electrosensible...
-
Des témoignages proches font état par exemple de seignements de nez -

Le bien être des électrosensibles demande des champs bien plus faibles (inférieur à 0.03 V/m, soit 10 fois moins)


Le gros problèmes de ces CPL, par rapport à un compteur simple, ou un appareil WiFi par exemple,
est que toute l'installation électrique de l'habitation rayonne en haute fréquence !!
Ainsi, tous vos fils électriques, toutes vos lampes,
et tous les appareils qui sont reliés sont susceptibles de devenir des emetteurs haute fréquences !

Un autre soucis est qu'il n'est pas facile d'éviter cette polution une fois que ce compteur est installé.
Les solutions pour se protéger sont les suivantes :
- refaire toute son installation électrique avec des câbles blindés (couteux),
- installer un filtre hautes fréquences ... quand il existera dans le commerce...

Sinon, il ne reste plus qu'à couper toutes les arrivées d'ErdF et à vivre en autorcie (solaire, groupe électrogène) !

A moins que vous n'ayez l'ambition de vivre comme Robinson Crusoé,
il reste la possibilité de faire en sorte que ce compteur ne soit jamais installé, et pour cela :
- demander à votre maire de veiller au grain : plus de 200 communes ont déjà refusées l'installation du LINKY) ;
en région parisienne : Bagnolet, Saint-Denis, Brunoy, Fleury-Mérogis, Yerres, Fontenay-sous-Bois...
En province, des grandes villes comme Aix-en-Provence, Biarritz, Caen, Lyon 1...  ou plus petites comme Quimperlé, Le Tréport,
Châteaubriant, Patay, Fréland, Orbey, Sainte-Marie-aux-Mines... ou
l'Ile de Groix...
- demander via huissier à ErdF que soit respecté les clauses du contrat (déjà ancien) qui n'autorise que le 50 Hz
- demander
via huissier à ErdF de ne pas utiliser un compteur qui puisse vous espionner et qui peut être hacké par des malfaisants.
Des courriers types existent : renseignez vous auprès des associations (PRIARTEM, Robin des Toits
, Next Up...)

En résumé, derrière une solution technique qui semble attrayante, mais au effets sanitaires trop peu ou mal étudiés,
il semble que nous soyons aujourd'hui sur le chemin d'un scandale sanitaire à retardement...
... qui touchera un nombre croissant de personnes au fur et à mesure que les technologies sans fils
entreront dans notre quotidien et de nos foyers... Les leçons des scandales sanitaires précédents
(de l'amiante, sang contaminé, distilbène et autre médiator), sont-elles tirées ? Rien n'est moins sûr...


Sur le sujet, visionner cette video de "LES PIEDS A LA TERRE" :
Découvrez comment neutraliser Linky




Spécial Rapport ANSES

<